Montréal

Des activistes véganes s’introduisent au restaurant Au Pied de Cochon

Des militants véganes s'introduisent au restaurant Pied De Cochon Photo: Capture d'écran

Des activistes véganes se sont introduits au restaurant Au Pied de Cochon, samedi soir, pour dénoncer la maltraitance faite aux animaux dans les fermes québécoises.

Le restaurant Au Pied de Cochon est un des restaurants les plus populaires et les mieux cotés au Québec. Le restaurant est reconnu pour avoir une grande variété de viandes québécoises sur son menu.

La dizaine d’activistes a troublé l’ambiance festive qui régnait dans le restaurant. «Les animaux, c’est pas de la nourriture!» scandait haut et fort une des activistes dans son haut-parleur. «Vous avez une obligation morale et éthique de faire en sorte que vos restaurants soient végétaliens.»

Les employés du restaurant et certains clients leur ont demandé de quitter immédiatement l’établissement, ce que les manifestants ont refusé de faire.

Les activistes étaient associés au groupe DxE Montréal, une communauté militant pour la fin du spécisme et de l’exploitation animale.

Au Pied de Cochon de nouveau dans l’eau chaude 

Le restaurant Au Pied de Cochon était déjà au centre d’une polémique depuis la semaine dernière alors qu’une publication d’une offre d’emploi pour un poste de cuisinier.ère affichée au salaire minimum circulait sur les réseaux sociaux. Le salaire de 13,50 $ annoncé dans l’offre d’emploi a suscité de vives réactions chez les internautes. Selon le site Guichet-Emplois du gouvernement du Canada, les cuisiniers et cuisinières gagnent présentement en moyenne 15,50 $ de l’heure à Montréal. 

Le propriétaire du restaurant, Martin Picard, s’est défendu en entrevue à l’émission À vos affaires à LCN. «Dans l’appareil, on ne pouvait pas indiquer à partir de 13,50 $, donc là on a rectifié et on a mis une braquette entre 13,50 $ et 18,00 $», mentionne Martin Picard. «Ce qu’il faut savoir, c’est qu’Au Pied de Cochon, il y a une convention qui fait [en sorte] que les pourboires sont répartis entre la salle à manger et les cuisiniers», soutient-il. «À la fin de la journée, il y a personne qui fait 13,50 $ de l’heure.»

Les activistes du groupe DxE ont tout de même profité de la polémique pour dénoncer à la fois l’exploitation des animaux et celle des employés. «En 2021, il est tout à fait possible de tenir un restaurant québécois délicieux et éthique sans exploiter des animaux ou des employés», peut-on lire sur la publication du vidéo sur sa page Facebook. 

Articles récents du même sujet