Montréal

Christine St-Pierre: «J’ai décidé de mettre un terme à ma carrière politique»

Christine St-Pierre, députée de la circonscription de L'Acadie
Photo: Archives Métro

«Je ne solliciterai pas de nouveau mandat. Après 15 ans dans la politique, j’ai décidé de mettre un terme à ma carrière», a déclaré la députée libérale de la circonscription de l’Acadie, Christine St-Pierre, en entrevue avec Métro lundi après-midi.

Pour l’instant, l’identité du candidat ou de la candidate qui représentera le PLQ aux élections du 3 octobre est inconnue mais pour Christine St-Pierre, il était important de faire de la place à du «renouveau en politique».

«Ca prend des jeunes, des idées fraîches, mais aussi un peu de cheveux blanc. C’est une belle occasion pour le parti», soutient-elle.

La politique, c’est beaucoup de temps, beaucoup d’énergie… J’ai aussi donné à mon conjoint beaucoup de solitude.

Christine St-Pierre, députée libérale de la circonscription de l’Acadie.

Selon la députée, sa décision «a été très difficile», aussi motivée par des raisons personnelles. «La politique, c’est beaucoup de temps, beaucoup d’énergie… J’ai aussi donné à mon conjoint beaucoup de solitude. J’ai vraiment choisi de m’occuper de lui et de moi», commente-t-elle.

Le «sentiment du devoir accompli»

L’élue de 68 ans a officialisé son annonce lundi soir lors d’une conférence de presse tenue dans un restaurant de sa circonscription, à Ahuntsic. Au côté de la cheffe du PLQ, Dominique Anglade, elle a partagé qu’elle terminerait «ce mandat avec le sentiment du devoir accompli».

Devant collaborateurs et partisans, Christine St-Pierre a remercié les militants de l’Acadie qui l’ont «accueillie à bras ouverts».

Celle qui siège dans l’opposition depuis la victoire de la Coalition Avenir Québec (CAQ) aux élections de 2018 occupe le rôle de porte-parole du PLQ en matière de culture et de communications. Elle est aussi présidente de la Commission des transports et de l’environnement.

Dominique Anglade a loué le caractère passionné et «la fougue» de la députée sortante. «Tu vas rester un modèle pour nous tous, pour moi, un modèle d’audace, de quelqu’un de vrai qui va dire les choses comme elles le sont. […] Merci pour ta contribution à la société québécoise», a-t-elle ajouté.

Un riche parcours politique

Après sa carrière de journaliste à Radio-Canada, Christine St-Pierre a rejoint les rangs du PLQ en 2007. Après son élection dans l’Acadie, elle a occupé des rôles de haut rang. Elle a été notamment ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine dans le gouvernement de Jean Charest.

La députée a aussi servi comme ministre des Relations internationales et de la Francophonie sous la gouverne de Philippe Couillard.

Son meilleur souvenir politique? C’est «quand on a ouvert une délégation générale du Québec en sol africain, au Sénégal. C’est ce dont je suis le plus fière. Avec ensuite un bureau à Rabat (Maroc), puis Abidjan (Côte-d’Ivoire)», a-t-elle glissé lors de son entretien avec Métro.

«Le Québec a une vraie présence officielle, matérielle» dans cette partie du monde francophone, poursuit-elle.

Son travail a été souligné par la dirigeante du PLQ. «On sentait toute l’ambition qu’elle avait pour que le Québec soit bien représenté à l’international», a déclaré Dominique Anglade.

Christine St-Pierre: un modèle de féminisme

Comme l’a rappelé la cheffe libérale, Christine St-Pierre a aussi porté le combat politique de l’égalité femmes-hommes. Cette dernière a d’ailleurs été membre du premier gouvernement paritaire du Québec en 2007.

«Aujourd’hui, on voit vraiment des femmes solides. On n’était pas suffisamment nombreuses avant. Plus les femmes avancent, plus elles voient qu’on peut avoir des modèles. […] C’est la première fois qu’une femme dirige le PLQ. On va avancer, progresser. Je suis convaincue que la cheffe a la volonté d’avoir le plus grand nombre de femmes possibles comme candidates aux prochaines élections», a-t-elle confié à Métro.

La défaite cinglante du PLQ aux élections de 2018 a été comme un déclic pour Christine St-Pierre. «C’est sur que c’était difficile, ç’a été un gros deuil. […] J’ai écrit ma biographie, mes mémoires, ca m’a fait énormément de bien.»

«Ça m’a libéré, donné de l’énergie pour voir les choses plus positivement», note-t-elle.

«J’ai encore beaucoup d’énergie»

Mais la députée de l’Acadie assure qu’elle a adoré remplir son rôle dans l’opposition. Selon elle, la décision du départ «est normale après un certain nombre d’années». L’ancienne journaliste de Radio-Canada compte ainsi prendre du recul et voir «ce qui va peut-être s’offrir».

Christine St-Pierre ne ferme toutefois pas la porte à un futur politique. «Ca dépend de ce que l’avenir va me réserver. Je pense que j’ai encore beaucoup de choses à offrir, à donner… J’ai encore beaucoup d’énergie», confie-t-elle.

«Une fois la décision publique, c’est plus facile de prendre des décisions. Il y a des possibilités, ça met les cartes sur table. L’objectif de le faire maintenant, c’est aussi permettre aux gens de lever la main», indique l’élue.

La représentation du PLQ dans la circonscription électorale de l’Acadie reste en suspens. Elle est représentée par un député libéral depuis sa création en 1973.

Dominique Anglade reste toutefois lucide. «Il ne faut jamais rien tenir pour acquis. Une élection, c’est toujours une opportunité pour se remettre en question.»

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de Saint-Laurent.

Articles récents du même sujet