Montréal

Un GoFundMe pour les résidents de Mont-Carmel menacés d’éviction

Le devant de l'immeuble de la résidence Mont-Carmel, où plusieurs aînés risquent l'éviction.
Photo: Naomie Gelper/Métro

Les locataires de la résidence privée pour aînés (RPA) Mont-Carmel qui ont reçu un avis d’éviction fin janvier de la part du nouveau propriétaire de l’immeuble ont lancé une campagne de financement en ligne sur la plateforme GoFundMe pour couvrir les frais juridiques et mener à bien leur bataille judiciaire contre le nouveau propriétaire de la RPA.

L’immeuble a été acquis en décembre dernier par la société en commandite 955 René-Lévesque Est S.E.C. liée à l’entrepreneur immobilier Henry Zavriyev. Une clause était pourtant présente dans le contrat de vente pour que le propriétaire préserve le statut de RPA de l’immeuble.

En plus de l’avis d’éviction, les locataires ont été surpris d’apprendre que le propriétaire souhaite transformer la résidence Mont-Carmel en immeuble locatif, et ce, sans les services adaptés pour les aînés. Ainsi, dès le mois d’août, les services infirmiers prendront fin et les locataires voulant rester dans leur logement verront leur loyer augmenter de 3% à la suite du nouveau bail.

«Tout en poursuivant nos appels pressants au gouvernement et solidaires des victimes de la crise du logement, nous devons intenter des recours judiciaires pour défendre nos droits, écrit l’Association des résidents du Mont-Carmel sur la plateforme GoFundMe. Parmi ces résident.e.s, plusieurs d’entre nous avons voué notre vie à nous battre pour défendre les droits des plus vulnérables.» 

Devant la crainte de se faire évincer en juillet prochain, les résidents de la RPA Mont-Carmel ont entrepris un recours judiciaire auprès de la Cour supérieure. Ils souhaitent ainsi faire respecter la clause inscrite au contrat de vente stipulant la préservation du statut de RPA de l’immeuble et obliger le nouveau propriétaire à maintenir les services ainsi qu’empêcher les travaux de reconversion du bâtiment.

«En perdant notre RPA, on perd notre milieu de vie. On perd notre quartier. On était presque une famille ici. On va perdre la solidarité qu’on a vécue. On va devenir isolés à cause des acquis perdus», avait déclaré à Métro la présidente du comité des locataires, Suzanne Cyr, en février dernier.

Une résidente avait aussi expliqué à Métro qu’en perdant le statut de résident d’une RPA, c’est aussi le crédit d’impôt pour maintien à domicile que les aînés perdront. 

Des aînés qui n’en démordent pas

Depuis le début de l’année, les résidents luttent de manière acharnée pour ne pas être expulsés d’ici quelques mois. En février, une requête avait été déposée par 59 résidents de la RPA Mont-Carmel auprès du Tribunal administratif du logement (TAL) pour que les services au sein de la RPA soient maintenus et que l’avis d’éviction soit invalidé.

Un complexe de logements locatifs au centre-ville est plus rentable qu’une résidence pour aîné.e.s […] nous ne nous laisserons pas évincer aussi facilement.

L’Association des résidents du Mont-Carmel

La pétition créée le 29 mars dernier a récolté pour le moment près de 9000 $ et a comme objectif de recueillir la somme de 50 000 $.

Les résidents souhaitent que leur cause fasse jurisprudence pour les autres locataires de RPA. Ils invitent ainsi la population à signer la pétition déposée auprès de l’Assemblée nationale pour le «respect des droits des locataires des résidences privées pour aînés». Cette dernière a amassé à ce jour plus de 4000 signatures.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet