Montréal

Champ des monarques: des élus veulent «serrer la vis» à l’aéroport

La députée de Saint-Laurent s'est servie d'une carte des chaleurs pour montrer l'importance de la biodiversité du champ des monarques
La députée de Saint-Laurent, Marwa Rizqy, s'est servie d'une carte des zones de chaleur pour montrer l'importance de la biodiversité du champ des monarques. Photo: Quentin Dufranne/Métro

Le chef adjoint du Nouveau Parti démocratique (NDP), Alexandre Boulerice, et la députée libérale de Saint-Laurent, Marwah Rizqy, ont interpellé le gouvernement fédéral pour qu’il agisse à la suite du défrichage par Aéroports de Montréal (ADM) d’un site connu comme le «champ de monarques».

Les élus veulent qu’Ottawa change le bail de ce terrain qu’il loue depuis 1992 à ADM. Cela permettrait ainsi de protéger la biodiversité qui s’y trouve. Le chef adjoint du NDP a aussi lancé l’idée d’y créer un parc fédéral si les discussions ne mènent à rien.

ADM a défriché près de 200 hectares sur ce terrain récemment. Jusqu’alors, on y trouvait notamment des plants d’asclépiades, qui permettent la reproduction des papillons monarques.

Sur son compte Twitter, ADM s’est défendu en expliquant avoir effectué une «opération normale d’entretien» de l’espace aéroportuaire. Le chef adjoint du NDP n’a pas pesé ses mots face à cette réponse d’ADM.

Trouvez donc les bagages de vos passagers et après vous vous occuperez des milieux humides et des espaces verts.

Alexandre Boulerice, chef adjoint du NPD

Selon M. Boulerice, le bail signé entre Ottawa et ADM est un «prétexte». Il «n’enlève pas la responsabilité» du gouvernement fédéral de faire appliquer la loi en matière de protection de la biodiversité sur le terrain.

Marwah Rizqy s’est jointe à M. Boulerice en se munissant d’une carte des zones de chaleur pour montrer l’importance du terrain.

Nous avons appris avec stupéfaction que pendant que certains fêtaient la Saint-Jean-Baptiste, au niveau de l’ADM, ça a plutôt passé la tondeuse.

Marwah Rizqy, députée libérale provinciale de la circonscription de Saint-Laurent

Elle souhaite ainsi que les 200 hectares de ce terrain soient «complètement préservés» pour que le secteur demeure un milieu vert.

ADM «tenu d’assurer la protection de l’environnement»

De son côté, le cabinet du ministre des Transports Omar Alghabra a expliqué que ce dernier a écrit au PDG d’ADM pour «lui faire part de ses préoccupations». Il lui aurait ainsi «réclam[é] des détails sur les prochaines étapes dans ce dossier et réitér[é] l’urgence de la situation».

Le cabinet du ministre a expliqué que, selon les modalités du bail, ADM est «tenu d’assurer la protection de l’environnement» sur le terrain.

«Le bail conclu avec ADM comprend des exigences de protection de l’environnement, a expliqué le cabinet du ministre Alghabra. À cet égard, ADM est tenu d’assurer la protection de l’environnement sur les lieux loués et doit respecter les lois environnementales en vigueur.»

Le ministère de l’Environnement et du Changement climatique explique quant à lui ne pas être tenu informé des activités d’entretien réalisées sur les terrains d’ADM.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet