Soutenez

Itinérance: des services d’hébergement d’urgence tout au long de l’année

Photo: Josie Desmarais

Le CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal (CCSMTL) et la Ville de Montréal, en collaboration avec le milieu communautaire, ont dévoilé aujourd’hui le tout premier plan d’actions concertées pour l’itinérance montréalaise. Ce dernier permettra d’offrir plus de 1600 places en services d’hébergement d’urgence (SHU) et en haltes-chaleur, et ce, tout au long de l’année. Au total, 150 M$ seront déployés sur cinq ans pour ce plan.

Parmi les principaux objectifs de ce plan, le logement, la santé, les revenus, l’inclusion et la cohabitation sociale ainsi que les enjeux de judiciarisation sont de mise. D’ailleurs, dans les prochaines semaines, de nouvelles places en services d’hébergement d’urgence devraient voir le jour. De plus, un «outil Web» est en cours de développement pour coordonner en temps réel le nombre de places dans les différents services d’hébergement, ce qui permettra d’optimiser le nombre de places disponibles. Un système de transport viendra s’y greffer pour transporter les personnes jusqu’aux ressources pouvant les accueillir.

«On va faciliter le passage d’un site à l’autre, car il y en a qui sont pleins, mais il y en a qui ont encore des places disponibles, explique la coordinatrice des dossiers régionaux sociocommunautaires au CIUSSS du CCSMTL, Caroline Pelletier. Il y a des places qui s’ajoutent, mais au-delà de ça, il faut penser à des stratégies qui vont sortir les gens de la rue.»

Pour la coordonnatrice, ce plan aborde l’itinérance avec une «vision 360» en tenant aussi bien compte de la prévention que de l’accompagnement, de la réinsertion et de la stabilisation en logement.

Nous souhaitons faire de ce premier plan concerté montréalais en itinérance une manifestation concrète de la responsabilité collective et de la force vive de l’ensemble des partenaires communautaires et institutionnels.

Vincent Lehouillier, président-directeur général du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal

Le plan vise aussi à bonifier l’accompagnement offert aux personnes en situation d’itinérance pour faciliter leur intégration en logement. Au total, ce seront plus de 1000 personnes qui seront soutenues de cette façon. La nouvelle approche se veut aussi plus inclusive, misant sur une variété de stratégies de réponse pour s’adapter aux différents visages de l’itinérance.

«On est très fier de ce plan qui est concerté et où on a réussi à asseoir à la lumière de plus d’une centaine de consultations les souhaits, les visions et les capacités de tout un chacun», explique Caroline Pelletier.

«On n’est pas juste dans les mesures d’urgence ni juste dans la prévention, mais on regarde plusieurs aspects sur un continuum, ajoute-t-elle. C’est la première fois que Montréal se dote d’un plan où il y a des actions de tous les partenaires activement impliqués en itinérance.»

Une structure de gouvernance en itinérance sera mise en place pour assurer un suivi continu des actions. Le plan se veut aussi évolutif afin de répondre aux différents besoins qui peuvent émerger au cours de son déploiement.

«À travers notre structure de gouvernance, on continue à échanger pour voir comment on peut venir ajouter ou bonifier les mesures et les stratégies mises en place, explique Caroline Pelletier. Il y a vraiment un mécanisme de communication, mais au-delà de ça, [il y a] un engagement clair des différents partenaires.»

Fini la logique saisonnière

En plus d’introduire une approche concertée entre les différents partenaires, ce plan sort enfin de la logique saisonnière longtemps décriée par l’administration Plante. En février dernier, la mairesse de la Ville de Montréal, Valérie Plante, avait uni sa voix à celles d’organismes communautaires afin de demander à Québec de pérenniser les mesures hivernales mises en place pour répondre temporairement aux besoins pendant la saison froide.

«C’est difficile pour les personnes en situation d’itinérance, car ça change tout le temps et [c’est difficile] pour les organismes et les refuges d’engager des gens et de garder leur monde, a déclaré aujourd’hui la mairesse Plante lors de la séance du comité exécutif. L’idée, c’est vraiment de pouvoir offrir plus de services.»

Elle en a profité pour réitérer l’importance de la Ville de Montréal dans le déploiement de ce plan en tant que partenaire tout en réaffirmant le besoin criant de logements abordables pour combattre l’itinérance.

«Au final, on le sait, il y a plus de précarité qu’avant. Ce qu’on souhaite, c’est que les personnes les plus vulnérables aient un toit au-dessus de leur tête et ça passe par du logement social et de l’accompagnement, a ajouté la mairesse. C’est une des représentations qu’on va continuer à faire auprès du gouvernement du Québec».

Le Plan concerté montréalais en itinérance 2021-2026: s’unir dans l’action met de l’avant, comme son nom l’indique, une approche «concertée» en matière d’itinérance. Il résulte de la mise en commun des plans d’action communautaire, municipal et provincial en itinérance et d’une centaine de consultations effectuées auprès de 300 partenaires.

De son côté l’opposition officielle à l’Hôtel de Ville salue le dévoilement de ce plan, mais déplore un nombre insuffisant de places en service d’hébergement d’urgence.

« Le dévoilement du plan concerté montréalais en itinérance et la pérennisation de plus de 1600 places dans les ressources d’urgence sont une bonne nouvelle. Toutefois, le nombre de places d’urgence est insuffisant, déclare le porte-parole de l’Opposition officielle en matière d’itinérance, Benoit Langevin. Ça fait plus d’un mois que les organismes disent que les refuges débordent. Pourquoi l’administration Plante n’a-t-elle pas entendu ce cri du cœur à temps?».

Selon lui, ce plan rappelle la responsabilité partagée de la Ville avec Québec en matière d’itinérance.

«L’administration Plante ne peut plus se cacher derrière Québec et doit participer activement à trouver des solutions au manque de places dans les refuges», ajoute-t-il.
 

Chaque semaine, une sélection des nouvelles de votre arrondissement.

Nos infolettres vous suivent partout.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.