Soutenez

Budget 2023: hausse de taxes majeure à Montréal

La mairesse de Montréal, Valérie Plante. Photo: Josie Desmarais

Dans un contexte économique exceptionnel marqué par l’inflation, la hausse moyenne des taxes foncières s’élèvera à 4,1% sur l’ensemble de la métropole pour les immeubles résidentiels. C’est ce qu’a annoncé aujourd’hui la Ville de Montréal en dévoilant son budget de 6,7 G$ pour l’année 2023. Certains arrondissements enregistrent des hausses des taux de taxation de plus de 5% pour les immeubles résidentiels. Pour le secteur non résidentiel, ces hausses peuvent atteindre plus de 15%.

Avec ce budget, la Ville a fait tout en son pouvoir pour limiter l’augmentation du fardeau fiscal, tout en continuant à offrir des services de qualité à la population, déclare la mairesse de la Ville de Montréal, Valérie Plante. «Un renouvellement de l’entente de partenariat financier avec le gouvernement du Québec est nécessaire afin que Montréal puisse continuer de répondre aux besoins de sa population», réitère-t-elle.

Les résidents de L’Île-Bizard–Sainte Geneviève verront leur taxe foncière s’élever de 6%. Il s’agit de la plus haute augmentation de la charge fiscale pour des immeubles résidentiels sur l’ensemble du territoire montréalais. L’arrondissement de L’Île-Bizard–Sainte Geneviève est suivi de ceux de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve (5,7%), Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce (5,4%) et de Pierrefonds-Roxboro (5,4%). L’arrondissement de Ville-Marie enregistre quant à lui la plus faible hausse de sa charge fiscale, avec 1,7%.

Pour ce qui est des immeubles non résidentiels, la taxe foncière subira une hausse moyenne de 2,9% l’an prochain. Comme pour les immeubles résidentiels, l’augmentation de cette taxe est plus marquée dans certains arrondissements. L’arrondissement de Lachine enregistre la plus importante hausse, avec 15,2%. Il est suivi de l’arrondissement de Saint-Laurent (11,2%). À l’inverse, l’arrondissement de Ville-Marie enregistre quant à lui une baisse de taxe de 2,7%.

Évolution des indices des charges fiscales et des valeurs foncières pour les immeubles résidentiels; Crédit: Ville de Montréal

Afin de limiter les conséquences de ces hausses sur les ménages, la Ville a décidé d’étaler sur trois ans la variation des valeurs foncières liée au dépôt du rôle d’évaluation 2023-2025. Cet étalement concernera les propriétaires de plus de 90% des immeubles non résidentiels. Au total, 63% des revenus de la Ville proviennent de la taxation.

L’administration a aussi dévoilé son Programme décennal d’immobilisations (PDI), dont la valeur s’élève à 22 G$ pour les dix prochaines années. Au total, 68,1% des investissements iront à la protection des actifs et 31,9% seront destinés au développement de nouvelles infrastructures. Au cours des dix prochaines années, 51,4% des investissements iront dans les infrastructures de l’eau et du réseau routier.

Deux mesures d’écofiscalité seront implantées dans la prochaine année pour encourager les changements de comportements au sein de la population. La taxe sur les parcs de stationnement des immeubles non résidentiels de plus de 20 000 m2 sera étendue à l’ensemble du territoire. Les revenus générés de moins de 5 M$ seront en partie investis dans le transport collectif.

Une taxation de la consommation de l’eau sera aussi instaurée auprès des propriétaires d’immeubles non résidentiels. Cette dernière permettra de générer près de 15 M$. Une première facture sera envoyée en 2024 aux propriétaires pour l’eau consommée en 2023.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.