Montréal

Des amants de la nature manifestent dans les rues de Montréal

Marie-Eve Shaffer, Métro

Avec des tentes, des canots et des bicyclettes, le mouvement citoyen Horizons sauvages a sensibilisé hier les Montréalais, près de la station Mont-Royal, à l’importance des régions sauvages.

«On a une responsabilité mondiale à jouer, a dit hier la directrice générale de la Société pour la nature et les parcs du Canada, Marie-Eve Marchand. Au Canada, on a l’une des plus grandes forêts de la planète.»

Le mouvement Horizons sauvages réclame la protection de la moitié des régions sauvages restantes au Canada. Les régions sauvages comprennent les parcs nationaux, les aires protégées et les espaces où l’impact humain est minime.

À l’échelle du pays, 12 %  du territoire est protégé. Ce qui est bien peu, selon Mme Marchand, lorsque le Canada est comparé à l’Australie où la superficie d’aires protégées est de 33 %.

Enfant terrible, le Québec n’assure la protection que de seulement 5 % de sa superficie. «Avec le plus grand territoire, c’est nous qui en faisons le moins», a dit Mme Marchand.

Le mouvement Horizons sauvages a été récemment fondé par la Société pour la nature et les parcs du Canada et l’entreprise Mountain Equipment Co-op. Son but est de mobiliser la population en faveur de la sauvegarde des régions sauvages.

www.horizonssauvages.org

Articles récents du même sujet