Montréal

Plus de logements sociaux, plus de parcs, moins de voitures

Montréal a réitéré hier son intention d’aller de l’avant avec le projet Griffintown proposé par Devimco.

La Ville a toutefois ajusté le tir à la suite de la consultation publique menée cet hiver dans l’arrondissement du Sud-Ouest et a posé plusieurs conditions au promoteur, notamment en ce qui a trait aux logements sociaux, aux espaces verts et au développement durable. Devimco a accepté de se plier à ces demandes.

Lors de la consultation publique, plusieurs intervenants ont dit craindre qu’une part insuffisante des logements projetés soit dédiée à de l’habitation sociale. La version finale du programme particulier d’urbanisme (PPU) présenté hier répond à cette inquiétude.

Le promoteur doit désormais prévoir 579 unités de logements abordables et 579 unités de logements sociaux au sein des 3 860 unités de logements envisagées, soit 30 % du total.

Au départ, 900 unités de logements abordables et sociaux avaient été proposées.

«Le logement social figure parmi les changements les plus importants demandés par la Ville», a commenté Serge Goulet, coprésident de Devimco.

«Nous avons écouté attentivement ce que la population avait à nous dire, a indiqué Alan DeSousa, responsable du développement économique et du développement durable à la Ville. Nous avons tenté de répondre à ses demandes le plus possible.»

Conscience environnementale
Le promoteur devra également augmenter le nombre de parcs et d’espaces verts prévus pour que leur superficie totale représente 10 % des terrains du quartier Griffintown. Le verdissement du secteur devra également passer par l’implantation de toits verts dans le secteur.

La question du développement durable a également été étudiée par la Ville, qui exige dans son PPU qu’un minimum de 90 % de la consommation énergétique des bâtiments provienne de sources renouvelables. Le promoteur devra également privilégier les matériaux fabriqués localement, prévoir une isolation supérieure et mettre en place des systèmes d’économie d’énergie.

Devimco s’engage aussi à réduire son offre de stationnement pour les résidants à une moyenne de 0,7 place offerte par logement. Le ratio moyen prévu par la Ville de Montréal se chiffre à 1,5 place de stationnement par logement.

«Si la Ville pouvait me garantir aujourd’hui qu’elle peut fournir un système de transport en commun adéquat et efficace pour le quartier, je diminuerais encore plus l’offre de stationnement, a déclaré Serge Goulet. Mais pour le moment, personne ne peut me garantir ça.»

Le PPU du quartier Griffintown sera soumis au conseil municipal lundi, puis au conseil d’agglomération mercredi. Déjà, le comité exécutif en recommande l’approbation.

Articles récents du même sujet