Montréal

Mélanie Joly dévoile les grandes lignes de son SRB

Reseau-SRB-2020
(Cliquez sur l’image pour agrandir)

La candidate à la mairie de Montréal, Mélanie Joly, a présenté lundi son plan pour l’implantation d’un réseau de Service rapide par bus (SRB).

Mme Joly, qui en a fait le fer de lance de sa campagne, a en outre expliqué que son parti, Vrai Changement pour Montréal (VC), implanterait 62 km du réseau de SRB dès son premier mandat, et un autre 68 km au cours d’un second mandat.

En plus des voies réservées pour permettre aux bus de circuler librement, le projet prévoit une priorité de passage des autobus aux intersections, et des stations d’embarquement climatisées. Les usagers pourraient s’acquitter de leurs frais de transport à la station avant l’arrivée de l’autobus, ce qui augmenterait la rapidité de l’embarquement, selon Mme Joly.

Vrai Changement estime le coût du SRB à 7 M$ par kilomètre, soit 910 M$ sur huit ans pour l’ensemble du réseau. «C’est 8 fois moins cher que le tramway et 40 fois moins cher que le métro», a laissé tomber la chef lors d’un point de presse lundi.

Le système générerait des revenus de 31 M$ par année pour la Ville en taxes foncières supplémentaire, selon Mathieu Bélanger, urbaniste et candidat pour VC au poste de conseiller dans Champlain–L’île-des-Sœurs.

«C’est une réponse très simple, efficace et abordable aux problèmes liés à la congestion automobile à Mont­réal, a suggéré Mme Joly. On sait qu’il y a urgence et que les gens sont frustrés, alors on propose des solutions qui ont fait leurs preuves ailleurs.»

Si le projet de SRB sur le boulevard Pie-IX est attendu depuis des années, il n’y a pas de raison de croire que le projet de VC subirait les mêmes délais, selon le parti.

«Pie-IX est le pire exemple qui peut être cité pour le développement d’un SRB. Il y a eu un manque de leadership, et une agence hors du contrôle de la Ville a pris en charge le projet», a expliqué M. Bélanger.

Mme Joly a par ailleurs profité de son point de presse pour décocher une flèche à l’endroit de son opposant, Richard Bergeron, et son projet de tramway. «Il arrive avec seulement 10 km [de tramway] au centre de Montréal. C’est une vision déconnectée et réductrice», a-t-elle lancé.

Au parti de M. Bergeron, Projet Montréal, on a affirmé que le tramway, bien qu’au centre des priorités du parti, n’excluait pas d’autres options de transport en commun, tel le SRB, selon l’attachée de presse Catherine Maurice.

Articles récents du même sujet