Montréal
10:30 4 janvier 2015 | mise à jour le: 4 janvier 2015 à 10:35 temps de lecture: 5 minutes

L’industrie du jeu vidéo en un clin d’oeil

L’industrie du jeu vidéo en un clin d’oeil

C’est aujourd’hui que commence le Sommet international de jeu de Montréal (MIGS), grand-messe de l’industrie du jeu vidéo. Se réuniront aujourd’hui et demain au Palais des congrès plus de 2 000 chefs de file d’une industrie en pleine effervescence, dont Montréal est une capitale mondiale. Regard sur ce monde virtuel.

dollarValeur de l’industrie
L’industrie mondiale du jeu vidéo connaît une croissance fulgurante depuis le début des années 2000. Le chiffre d’affaires mondial, toutes plateformes confondues (Consoles, PC/Mac et mobile), est passé de 21,88 G$US en 2002 à 101,62 G$US en 2013.

Les jeux vidéo rapportent désormais plus que l’industrie du cinéma (88,3 G$US en 2013) et du disque (15 G$US en 2013). Il faut toutefois noter que les grands titres coûtent de plus en plus cher à produire. Le jeu Destiny du producteur Bungee, lancé en septembre, est le jeu vidéo le plus cher jamais produit, avec un budget estimé de 500 M$US. C’est bien plus que le film le plus cher de l’histoire, Pirates des Caraïbes: Jusqu’au bout du monde, dont le budget était de 300 M$US.

Microsoft To Acquire Maker Of Popular Minecraft Game For 2.5 BillionLa vague indie
Tout comme dans l’industrie de la musique, les développeurs indie (indépendants) prennent de plus en plus de place. Certains des jeux les plus populaires et les mieux cotés des dernières années, dont Dota et Braid, ont été créés par des petits développeurs, voire des personnes travaillant seules. Au Québec, 59% des entreprises de jeux vidéo comptent moins de 5 employés. Mais qui dit jeu indie, ne dit pas forcément jeu de pacotille: le concepteur suédois Markus «Notch» Persson a vendu son jeu Minecraft, qu’il a créé lui-même, à Microsoft pour 2,5 G$US en septembre, empochant personnellement 1,59 G$US.

Studio Ubisoft MontréalAu Québec
Le Québec est particulièrement bien positionné dans l’industrie, avec 97 studios de production de jeux vidéo. La production des jeux ajoute plus de 2,3 G$ au Produit intérieur brut (PIB) du Canada chaque année. Au Québec, l’employé moyen de l’industrie a 31 ans et touche un salaire de 65 000$ par année. C’est moins que la moyenne canadienne dans l’industrie du jeu vidéo, qui est de 72 000$ par année. Chouchoute du gouvernement québécois, l’industrie du jeu vidéo profite de généreuses subventions. En effet, de 25,5% à 37,5% des salaires des employés sont remboursés aux studios sous forme de crédit d’impôt.

Jeux vidéo - Femmes pixéliséesLa place des femmes
Même si 46% des adeptes de jeux vidéo sont des femmes, elles forment seulement 16 % des effectifs de l’industrie. Comme plusieurs autres, l’organisme Women in Games International déplore le manque de personnages féminins dans les grands titres.

Signe qu’il reste du travail à faire, le scandale Gamergate qui secoue actuellement la com­munauté de joueurs.

La révélation qu’une développeuse indie, Zoe Quinn, avait eu une relation amoureuse avec un journaliste du site de critiques de jeux vidéo Kotaku a fait exploser les médias sociaux.

Si le sens éthique du journaliste a été critiqué, la développeuse, elle, a été victime de misogynie, de harcèlement et de menaces de violences et de viol, à l’instar de certaines femmes qui se sont portées à sa défense.

jeux vidéo - NewbeeJouer, une carrière
Les tournois de jeux vidéo sont en passe de devenir un sport majeur. Le plus gros tournoi au monde, l’International de Dota2, avait une bourse de 10 M$ en 2014. L’équipe gagnante, Newbee, formée de cinq joueurs chinois, s’est mérité un prix de plus de 5 M$. Le site Twitch permet de regarder en diffusion simultanée certains des joueurs les plus populaires à l’œuvre. Certains joueurs reçoivent même des commandites pour leur chaîne en ligne, à laquelle les usagers peuvent s’abonner pour 5$ par mois. Twitch a été acheté par Amazon en août pour 970 M$US.

Les gros joueurs
Quelques-uns des plus importants studios montréalais :

  • Ubisoft : Plus gros studio en ville, avec plus de 2 750 em­ployés, ce développeur français est connu pour des titres majeurs, tels Assassin’s Creed, Far Cry, Splinter Cell, Prince of Persia et Watch Dogs.
  • Eidos : La filiale mont­réalaise de ce studio a produit les titres Deus Ex: Human Revolution, le nouveau Tomb Raider, et Thief.
  • Bioware : Bien connue pour ses jeux de rôle immenses, Bioware a ouvert une succursale montréalaise en 2009 pour prêter main-forte à son studio d’Edmonton, en Alberta. L’équipe montréalaise chapeaute en ce moment une suite à la populaire série de science-fiction Mass Effect.
  • Warner Brothers : Ouvert en 2011, ce studio a produit le jeu d’action Batman: Arkham Origins.
  • Electronic Arts (EA) : Ce géant de l’industrie s’est implanté à Montréal en 2004. Il y a produit Army of Two, Need for Speed: Nitro et The Sims 3.

Les chiffres de cet article proviennent des sources suivantes: Entertainment software association of Canada, ArsTechnica, Statista

Articles similaires