Le Plateau-Mont-Royal

Travaux sur Saint-Denis: c’est reparti!

Photo: Catherine Bouchard / TC Media

Les travaux sur la rue Saint-Denis, entre la rue Marie-Anne Est et l’avenue Duluth, ont repris, lundi matin, et se poursuivront jusqu’à la fin de l’année 2016. Les automobilistes peuvent s’attendre à des maux de tête, mais la ville-centre promet un chantier «exemplaire».

Depuis le 11 janvier, seule une voie est accessible à la circulation en direction nord, et ce, jusqu’au mois de juillet. Le chantier se déplacera par la suite du côté ouest de Saint-Denis, réduisant à une voie l’artère en direction sud. Rappelons que des travaux de remplacement des égouts et aqueducs plus que centenaires forcent la ville-centre à refaire l’artère en profondeur.

Congestion
Lors du passage de TC Media, à l’heure de pointe de fin de journée lundi, la circulation était au ralenti, mais les véhicules avançaient tout de même.

«Mais le retour à la maison risque donc d’être plus difficile encore dans les prochains mois, selon un chroniqueur circulation.

«Le trafic est moins dense qu’à l’habitude à Montréal, les gens ne sont pas tous revenus de vacances. Dans deux semaines, cependant, ça risque d’être congestionné sur Saint-Denis», mentionne Daniel Evans, de Radio-circulation.

Selon lui, les automobilistes risquent de tenter le trajet dans le premier temps, avant de trouver une alternative, ce qui pourrait alourdir le trafic sur d’autres artères.

«Les gens vont tout de même tenter d’emprunter Saint-Denis et lorsqu’ils verront que c’est difficile, ils vont prendre un autre chemin. Étant donné que le boulevard Saint-Laurent est déjà congestionné, ils risquent de se diriger vers l’Est, notamment vers l’avenue Papineau», croit M. Evans.

Des rues transversales fermées

La rue Marie-Anne Est et l’avenue Duluth sont, pour leur part, complètement fermées à la circulation entre Saint-Denis et Rivard, et ce, jusqu’à la mi-mars. Des travaux de la Commission des services électriques de Montréal (CSEM) sont en cours. Dès la fin février, le chantier commencera sa phase la plus intensive alors que débuteront les travaux d’aqueduc et d’égoût sur la partie Est.

Pénalités en cas de retard
Le conseiller de Ville responsable des infrastructures, de la CSEM, de la gouvernance et de la démocratie ainsi que des relations gouvernementales, Lionel Perez, indique que pour diminuer autant que possible la période de désagréments liés à ce chantier majeur, la Ville de Montréal a prévu une clause dans l’appel d’offres du chantier imposant une pénalité de 7000$ par jour de retard.

«Jusqu’ici, l’entrepreneur a respecté les délais pour la première phase de septembre à décembre. On a aussi incorporé des bonis de 7000$ par jour, s’il termine avant l’échéancier, une première à Montréal», continue M. Perez. Le tout est conditionnel à la réalisation fidèle au devis des travaux et jusqu’à concurrence de 100 000$.

L’élu rappelle que le chantier est «intégré», ce qui veut dire que la CSEM, Gaz Métro et l’entrepreneur responsable des travaux se coordonnent, sous les directives de la Ville de Montréal qui est maître d’œuvre pour éviter tout temps mort sur le chantier.

Les délais sont très serrés, alors que Montréal espère terminer en novembre 2016, soit 14 mois après le début du chantier majeur.

Articles récents du même sujet