Montréal
13:26 4 mai 2016 | mise à jour le: 4 mai 2016 à 13:55 temps de lecture: 2 minutes

Les immeubles du «roi des taudis» vendus

Les immeubles du «roi des taudis» vendus
Photo: Archives TC Media

Trois immeubles à logements situés dans Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension appartenant à Claudio Di Giambattista, surnommé le «roi des taudis» à Montréal, ont désormais un nouveau propriétaire.

L’acte de vente a été conclu en avril par la succession de M. Di Giambattista, décédé au mois de décembre. Le nouveau propriétaire apparaissant au registre foncier est une compagnie à numéro agissant comme «exploitant immobilier» représentée par Kshitij Badal Dandona.

La valeur de la vente des trois bâtiments réunis s’élève à 1,9 M$.

Un gestionnaire d’immeuble a par ailleurs été mandaté par le nouveau propriétaire.

Les locataires de M. Giambattista ont été éprouvés pendant des années en raison de complications en lien avec de la contamination fongique, les moisissures présentes sur les meubles, des coquerelles, souris et divers bris.

Certains locataires ont même été évacués à plusieurs reprises après la visite des inspecteurs de la Ville.

Roi des taudis
M. Di Giambattista a été condamné par la Régie du logement du Québec à verser un dédommagement record de près de 15 000$ à une ex-locataire, quelques semaines avant son décès.

Il est également devenu le premier propriétaire montréalais en 2012 à se voir imposer un avis de détérioration au registre foncier pour l’un de ses immeubles, le 785, avenue Ball.

La liste des infractions au règlement municipal constatées dans ce bâtiment, entre autres pour vermine, moisissures et revêtements détériorés, faisait 41 pages et comportait 250 avis de non-conformité.

En vertu de cette inscription au registre foncier, le nouveau propriétaire ne peut ignorer les travaux à effectuer.

Questionnée par les citoyens lors de la séance du conseil d’arrondissement du 3 mai, la mairesse Anie Samson a fait savoir qu’une rencontre était déjà à l’agenda avec le nouveau propriétaire.

Plus de détails suivront.