National
15:57 30 mars 2017 | mise à jour le: 30 mars 2017 à 15:57 Temps de lecture: 3 minutes

Les travailleurs du secteur préhospitalier manifestent devant le bureau de Gaétan Barrette

Les travailleurs du secteur préhospitalier manifestent devant le bureau de Gaétan Barrette
Photo: TC Media - Jean Laramée

Dénonçant le surplace dans les négociations deux ans après l’échéance des conventions collectives, des dizaines de travailleurs du secteur préhospitalier, dont des paramédics, ont manifesté devant le bureau de circonscription du ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, à Brossard.

Pour illustrer leur propos, les travailleurs ont exposé une cage à homard devant le bureau de M. Barrette. Ils ont aussi  remis un véritable homard à son attachée de presse sur place.

«Le ministre Barrette doit sortir de son mutisme, explique le président du Syndicat des paramédics et du préhospitalier de la Montérégie–CSN, Gaétan Dutil. Depuis des mois, il nous dit qu’il ne veut pas négocier directement avec nos syndicats, contrairement à ce qui se fait depuis 30 ans. Mais au fond, nous savons tous très bien qu’il est le payeur unique dans le système préhospitalier. C’est lui qui détient les clés d’un règlement satisfaisant. On attend des réponses sérieuses à nos demandes, et maintenant.»

Questionnée à ce sujet, l’attachée de presse du ministre Julie White a réitéré que «les travailleurs du préhospitalier ne sont pas des employés du gouvernement, mais des compagnies ambulancières».

«Nous ne sommes pas impliqués dans les négociations sur leurs conditions de travail, car nous ne sommes pas leurs employeurs. C’est donc avec les compagnies que les employés doivent négocier, ajoute-t-elle. De notre côté, nous avons convenu les modalités des contrats de service avec un certain nombre de compagnies. Celles-ci ont donc tout en main pour mener à terme leurs négociations avec leurs employés.»

Les syndicats de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) réclament les mêmes conditions de travail pour tous les secteurs, «ce qui implique des mandats en ce sens de la part du gouvernement».

«Bien que certaines entreprises aient conclu de nouveaux contrats de service avec le ministère, les négociations n’ont pas encore repris et les syndicats ignorent si ces contrats de service prévoient une marge de manœuvre pour les négociations des conditions de travail, explique le syndicat dans un communiqué. Le syndicat ignore donc dans quelle mesure les employeurs pourront répondre aux demandes syndicales.»

Les priorités communes aux travailleurs du secteur préhospitalier concernent les augmentations de salaire, la bonification du régime de retraite ainsi que la diminution de la charge de travail et l’enjeu des horaires de faction.

«En plus de représenter un défi de conciliation famille-travail pour le personnel, ces horaires font en sorte d’allonger les délais d’intervention des paramédics en cas d’urgence par rapport à des horaires réguliers à l’heure en vertu desquels les paramédics sont toujours prêts à répondre à tout appel dans les meilleurs délais», conclut le syndicat.

Articles similaires