National
08:34 28 avril 2017 | mise à jour le: 28 avril 2017 à 08:34 Temps de lecture: 3 minutes

Caribous de Val-d’Or: le fédéral se penche sur le dossier

Caribous de Val-d’Or: le fédéral se penche sur le dossier
Photo: Archives TC Mediacaribou

Le ministère de l’Environnement et du Changement climatique du Canada s’intéresse à la décision du gouvernement du Québec de déplacer les caribous de Val-d’Or au Zoo de Saint-Félicien.

«Nous travaillons présentement avec le gouvernement du Québec afin de mieux comprendre les raisons de cette relocalisation, les assises scientifiques de cette décision et les bénéfices attendus pour la conservation de l’espèce. ECCC devra ensuite analyser la situation en fonction des objectifs de sa Loi sur les espèces en péril et des besoins en matière de rétablissement de l’espèce», a précisé Marie-Pascale Des Rosiers, attachée de presse du Cabinet de la ministre de l’Environnement et du Changement climatique, Catherine McKenna.

«Environnement et Changement climatique Canada examinera l’information qu’il a reçue du gouvernement du Québec relativement à la décision que ce dernier a prise.» – Marie-Pascale Des Rosiers

Collaboration
En 2016, le gouvernement fédéral était intervenu pour protéger la rainette faux-grillon aux abords de La Prairie, en Montérégie, jugeant que les mesures prises par le gouvernement du Québec n’étaient pas suffisantes.

Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, est confiant que le fédéral n’interviendra pas cette fois-ci. «Le fédéral a effectivement un rôle pour les espèces en péril, il peut intervenir. Mais honnêtement, on a travaillé avec lui et ils sont très bien au courant de toutes les démarches qu’on fait ici, souligne-t-il. Le fédéral va respecter notre décision et on les tient informés des actions.» Techniquement, le gouvernement du Canada intervient lorsqu’il n’y a pas de plan de gestion, souligne M. Blanchette.

Du côté du fédéral, on affirme reconnaître le leadership des provinces pour la préservation des caribous. «Lorsque des préoccupations sont soulevées, nous prenons des mesures pour nous assurer de bien comprendre la situation, explique toutefois Mme Des Rosiers.  La protection des espèces sauvages est une responsabilité commune, et tous les Canadiens ont un rôle à jouer à cet égard.»

Luc Blanchette a précisé que le fédéral était aux faits de la mise sur pied d’une table de concertation. «Autant des Autochtones, des environnementalistes, des industrielles forestiers, des syndicats de travailleurs, des scientifiques, des gens du ministère. Tout le monde est là», conclut M. Blanchette.

Articles similaires