National
15:14 31 août 2017 | mise à jour le: 31 août 2017 à 15:14 temps de lecture: 3 minutes

Pas d'accusation contre les «Proud Boys» à Halifax

Pas d'accusation contre les «Proud Boys» à Halifax
Photo: Andrew VaughanAndrew Vaughan / La Presse Canadienne

HALIFAX — Aucune accusation criminelle ne sera portée contre les cinq militaires qui s’étaient invités le 1er juillet à une manifestation de Micmacs contre l’ancien gouverneur britannique Edward Cornwallis, fondateur de Halifax.

Le vice-amiral John Newton, de la Marine royale canadienne, a indiqué jeudi qu’à l’issue de l’enquête de la Police militaire, aucune autre mesure ne serait prise contre les hommes, qui demeurent toutefois en probation et pourraient être renvoyés sur-le-champ s’ils ne respectent pas certaines conditions.

Les soldats, membres du groupe «Proud Boys», avaient été relevés de leurs fonctions habituelles et affectés à d’autres tâches en attendant les résultats de l’enquête de la Police militaire. L’un des cinq hommes a depuis quitté l’armée, mais les quatre autres — trois marins et un soldat de la force terrestre — ont réintégré leur unité et retrouvé leurs tâches habituelles.

Selon le vice-amiral Newton, les hommes ont affiché le 1er juillet «un comportement contraire aux valeurs et à l’éthique que l’on est en droit d’attendre des militaires», et l’armée a pris les mesures appropriées face à ces «manquements individuels». La Marine soutient que les hommes comprennent parfaitement ce que l’on attend d’eux au chapitre de l’éthique et du code de conduite.

Le jour de la fête du Canada, quelques membres des «Proud Boys» s’étaient présentés à une manifestation de Micmacs au pied de la statue du gouverneur britannique Cornwallis, considéré par les Autochtones comme un colonisateur raciste. En 1749, il avait offert une récompense pour tout «scalp» de Micmac qu’on lui rapporterait.

L’incident de la fête du Canada, qui n’a pas dégénéré, avait été capté sur vidéo et diffusé sur les médias sociaux. Les Forces armées ont rapidement présenté leurs excuses, et le ministre de la Défense, Harjit Sajjan, tout comme le chef d’état-major, Jonathan Vance, ont condamné sans réserve la présence de ces militaires à Halifax.

Le vice-amiral Newton a expliqué jeudi, en point de presse à Halifax, que les militaires avaient droit à leurs opinions, en vertu de la Constitution, et que l’armée ne peut renvoyer tous ceux qui la mettent dans l’embarras — il faut suivre les procédures et respecter les droits individuels.

Le groupe des «Proud Boys» a été fondé aux États-Unis par Gavin McInnes, un Canadien qui avait contribué à la création de Vice Media à Montréal dans les années 1990, et qui est aujourd’hui une voix énergique de la droite. Les «Proud Boys» se décrivent comme des gardiens de l’héritage européen en Amérique.

Articles similaires