National
15:36 12 septembre 2018 | mise à jour le: 12 septembre 2018 à 16:36 Temps de lecture: 3 minutes

Parité: une page d’histoire pourrait se tourner en politique

Parité: une page d’histoire pourrait se tourner en politique
Photo: Jacques Boissinot/La Presse CanadienneLe salon bleu de l'Assemblée nationale du Québec, où siègent les députés élus.

L’Assemblée nationale du Québec pourrait passer à l’histoire au lendemain des élections provinciales en atteignant le seuil de parité entre hommes et femmes pour la première fois, selon une nouvelle simulation du blogue Québec 125 réalisée mercredi à la demande du magazine Premières en affaires.

Aux dires de l’analyste Philippe J. Fournier, responsable de la plateforme qui produit des prédictions statistiques depuis le début de la campagne, les candidats masculins à l’élection «devraient récolter environ 56% du vote populaire».

Les candidates de sexe féminin, quant à elles, récolteraient environ 44% du vote des Québécois, le 1er octobre prochain. Selon cette logique, c’est donc dire que les hommes emporteraient 76 sièges sur la colline parlementaire, alors que les femmes récolteraient 49 sièges.

«La zone paritaire est à 50 sièges sur 125, donc je dirais que c’est assez serré», reconnaît toutefois l’analyste politique, via un communiqué de presse envoyé aux médias.

Pour réaliser ces prédictions, Philippe J. Fournier dit s’être basé sur les quatre partis principaux – le Parti libéral du Québec (PLQ), la Coalition avenir Québec (CAQ), le Parti québécois (PQ) et Québec solidaire (QS) – qui à eux seuls devraient récolter plus de 96% du vote populaire, selon lui.

Lentement, mais sûrement
Dans sa missive, le magazine Premières en affaires rappelle que le nombre de candidates en politique est en forte hausse depuis 1948. L’élection du 1er octobre devrait, selon la direction, marquer un point de non-retour dans l’histoire du Québec.

«Parmi les 125 circonscriptions, il n’y en a que 9 où les 4 principaux partis ne présentent que des hommes, tandis que dans 9 autres circonscriptions, on ne retrouve que des candidates féminines.» -Le magazine Premières en affaires

Le nombre de candidatures féminines est effectivement passé de 2 en 1948 à 241 en 2014. Une augmentation très importante représentant une proportion d’environ 27%. «On ne connaît pas encore les chiffres officiels pour cette élection […], mais on peut affirmer que les chefs des principaux partis se sont déjà engagés à atteindre la zone paritaire», ajoute la direction du magazine.

Parmi les candidats et candidates des quatre formations politiques ciblées, 47% d’entre eux et elles sont des femmes à l’heure actuelle. Ces nouvelles estimations statistiques ont été présentées mardi soir, dans le cadre d’un débat animé par l’éditrice Marie Grégoire qui traitait de la pertinence d’imposer ou non des quotas de parité. L’ancienne première ministre du Québec, Pauline Marois, et la mairesse de Sainte-Martine, Maude Laberge, étaient notamment sur place.

Notons que l’intervalle de confiance pour l’étude statistique du blogue Québec 125 se situait à 95%. Il n’a pas été possible de connaître la marge d’erreur, toutefois.

Graphiques

Articles similaires