National

Roberval: la CAQ réussit sans difficulté à faire élire un 75e député

Roberval: la CAQ réussit sans difficulté à faire élire un 75e député
Photo: Facebook

La Coalition avenir Québec (CAQ) de François Legault a réussi sans aucune difficulté, lundi, à faire élire son 75e député.

La candidate de la CAQ, Nancy Guillemette, a remporté une éclatante victoire, lors de l’élection complémentaire tenue dans Roberval, une circonscription du Lac-Saint-Jean détenue jusqu’alors par le Parti libéral du Québec (PLQ), qui a dû se contenter d’une humiliante troisième place.

Dès les premiers résultats, Mme Guillemette, qui succède à l’ex-premier ministre Philippe Couillard, prenait les devants et affichait une avance insurmontable, accaparant plus de 50 pour cent du vote.

Après dépouillement de l’ensemble des 161 bureaux de vote, elle a été créditée de 54,53 pour cent du vote et une avance considérable de 5681 voix par rapport à son plus proche rival, le candidat du Parti québécois, Thomas Gaudreault.

Peu avant 21 h, accompagné de sa candidate victorieuse, le chef du parti et premier ministre François Legault a pris la parole, en faisant remarquer que la CAQ, absente de la région avant le 1er octobre, comptait désormais quatre députés sur cinq au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Pour tous les partis, le principal défi consistait à convaincre les électeurs de sortir voter, en plein hiver, alors qu’ils avaient élu leur député, M. Couillard, il y a deux mois à peine.

Mais ce fut peine perdue, les gens sont restés chez eux. Seulement 10 pour cent des électeurs ont voté par anticipation et à 16 h, lundi, incluant le vote par anticipation, le taux de participation n’atteignait que 24 pour cent. En fin de soirée, il était évalué à 35 pour cent. Le 1er octobre, le taux de participation dans Roberval avait été de 63 pour cent.

On comptait au total sept candidats.

Lors du dernier scrutin, la CAQ avait misé sur une candidate qui habitait Québec, Denise Trudel. Elle avait remporté 24 pour cent du vote.

Cette fois, la CAQ présentait Nancy Guillemette, directrice générale de l’organisme Santé mentale Québec/Lac-Saint-Jean. Elle a aussi été conseillère municipale à la ville de Roberval.

De leur côté, les libéraux avaient tenté de garder la circonscription dans leur camp, en misant sur le fait que les électeurs avaient été bien servis pendant des années par l’ex-premier ministre Couillard, qui a démissionné après la cuisante défaite de son parti le 1er octobre. Il avait alors remporté une victoire facile avec 42,4 pour cent du vote.

Mais son successeur comme candidat libéral, William Laroche, 27 ans, président du Festival du cowboy et conseiller municipal de Chambord, a mordu la poussière, se retrouvant troisième derrière le Parti québécois, avec 15,21 pour cent du vote seulement.

Le Parti québécois (PQ), qui a déjà régné sur cette circonscription, présentait le même candidat que lors du dernier scrutin, un jeune homme âgé de seulement 21 ans, Thomas Gaudreault, qui travaillait comme attaché politique du député péquiste de Jonquière, Sylvain Gaudreault. En octobre, il avait raflé 19 pour cent du vote et il obtenait 17,51 pour cent des voix lundi, décrochant la deuxième place.

Luc-Antoine Cauchon, un chef cuisinier, portait les couleurs de Québec solidaire (QS), lui aussi pour la deuxième fois en deux mois. Il avait raflé 10 pour cent du vote le 1er octobre, et a récolté l’équivalent cette fois-ci.

Pour le premier ministre François Legault, il s’agissait d’un premier test de popularité, après le scrutin général du 1er octobre.

Les chefs des quatre partis représentés à l’Assemblée nationale étaient sur place à Roberval: en plus de François Legault, il y avait le chef par intérim du PLQ, Pierre Arcand, le chef par intérim du PQ, Pascal Bérubé, et la porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé.

En vertu de la loi, le premier ministre avait six mois devant lui, donc jusqu’en avril 2019, pour déclencher le scrutin et trouver un successeur à M. Couillard, mais il a préféré procéder très rapidement, un choix qui lui a servi.

La tenue d’une élection complémentaire coûte environ 600 000 $.