National

Québec solidaire veut revoir le travail temporaire

Québec solidaire veut revoir le travail temporaire
Photo by: Jacques Boissinot / La Presse CanadienneJacques Boissinot / La Presse Canadienne

MONTRÉAL — Québec solidaire demande au gouvernement Legault de mieux encadrer le travail temporaire dans la province.

Le député d’Hochelaga-Maisonneuve, Alexandre Leduc, dit avoir écrit au ministre provincial du Travail, Jean Boulet, à ce sujet.

La formation politique affirme qu’un encadrement accru du travail temporaire est nécessaire dans le contexte où le nouveau gouvernement caquiste baissera les seuils d’immigration dès l’an prochain et qu’il pourrait faire appel à plus de travailleurs étrangers temporaires pour pallier l’actuelle pénurie de main-d’œuvre, et ce, dans de nombreux secteurs économiques.

«Ce sont des gens qui n’ont pas beaucoup de droits et il faut absolument améliorer leur situation», déclare M. Leduc, en entrevue à La Presse canadienne.

Le député solidaire demande notamment un meilleur encadrement des agences de placement pour que celles-ci permettent à un travailleur qui occupe un emploi temporaire dans une entreprise d’accéder à un poste régulier auprès du même employeur.

M. Leduc réclame aussi qu’une personne puisse être inscrite dans deux agences à la fois et dans le même domaine d’emploi, et que les clauses de non-concurrence en vigueur dans certaines agences rendant cela impossible soient abolies.

«On imagine que le besoin est toujours présent, alors pourquoi placer une personne de manière temporaire et si un poste ouvre, on ne peut pas l’engager à cause d’une clause?», questionne l’élu.

Les travailleurs temporaires étrangers pourraient également bénéficier d’un meilleur accès à la francisation, tout comme à une syndicalisation, argue M. Leduc.

Il dit faire confiance au ministre Boulet pour que celui-ci fasse avancer le dossier, notamment en travaillant avec ses collègues du cabinet, dont le ministre de l’Immigration, Simon Jolin-Barrette.

«S’ils veulent répondre à la pénurie de main-d’oeuvre par ce chemin-là, ils doivent être conséquents et il faut qu’ils élargissent les droits de ces personnes-là», conclut l’élu.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *