National

Santé: les PM de l’Atlantique veulent la mobilité

Santé: les PM de l’Atlantique veulent la mobilité
Photo by: Brian McInnis / La Presse CanadienneBrian McInnis / La Presse Canadienne

CHARLOTTETOWN — Les premiers ministres des provinces de l’Atlantique veulent changer radicalement la façon dont on accrédite les médecins, infirmières et autres travailleurs de la santé dans l’espoir d’améliorer leur mobilité, en créant des permis de pratique régionaux.

Lors d’une rencontre à Charlottetown, mercredi, les quatre premiers ministres ont convenu que cette mobilité accrue contribuerait à résoudre les problèmes posés par le vieillissement de la population et une prévalence de maladies chroniques supérieure à la moyenne nationale dans cette région du pays.

Stephen McNeil, de la Nouvelle-Écosse, ne croit pas que le Canadien moyen comprenne pourquoi la mobilité des professionnels de la santé est si limitée d’une province à l’autre. Il soutient que des normes devraient être reconnues à l’échelle nationale et que chaque province a besoin du soutien de ses divers «collèges professionnels» pour éliminer les obstacles à la mobilité.

Les premiers ministres provinciaux — rejoints pour la première fois par le seul conservateur de la côte est: Blaine Higgs, du Nouveau-Brunswick — ont également accepté de discuter avec Ottawa de la participation éventuelle du gouvernement fédéral dans un réseau régional de transport d’électricité.

L’hôte de la rencontre, le premier ministre de l’Île-du-Prince-Édouard, Wade MacLauchlan, a indiqué que le développement énergétique était essentiel pour fournir aux consommateurs une énergie «renouvelable, abordable et fiable». Il a rappelé l’importance qu’avait eue pour sa province le nouveau câble sous-marin installé en 2017. «Notre puissance de pointe approche maintenant les 300 mégawatts, soit une augmentation d’environ 15 pour cent sur près de quatre ans. Les gens se tournent maintenant vers l’électricité et l’économie est en croissance», a-t-il soutenu.

Alors que la connectivité interprovinciale se développe avec des câbles sous-marins reliant le Labrador à l’île de Terre-Neuve et au Cap-Breton, le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Dwight Ball, a soutenu que le transport devait être amélioré pour que l’électricité provenant du projet hydroélectrique de Muskrat Falls puisse parvenir aux clients à l’intérieur et à l’extérieur de la région. «Des communautés isolées sont toujours incapables de s’approvisionner en énergie propre et abordable», a-t-il déploré.

M. Ball a estimé que les ressources naturelles ne peuvent pas être «laissées de côté» lorsque la région peut générer des revenus en exportant de l’énergie ou en l’utilisant pour stimuler le développement économique.

M. Higgs, qui souhaite de son côté faire revivre l’oléoduc Énergie Est, a estimé que ce qui se passe dans le secteur pétrolier en Alberta démontre ce qui peut se produire lorsque des opportunités de transport d’énergie sont ratées.

Un autre enjeu divise toujours les premiers ministres MacLauchlan et McNeil: l’usine de pâte à papier Northern, en Nouvelle-Écosse. M. MacLauchlan a demandé à Ottawa une évaluation environnementale fédérale du projet de l’usine visant à rejeter des millions de litres d’eaux usées dans le détroit de Northumberland, une zone limitrophe des deux provinces. M. McNeil maintient que c’est à la Nouvelle-Écosse de procéder à cette évaluation environnementale.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *