National

Les réseaux sociaux, source d’information populaire mais peu fiable

Les réseaux sociaux, source d’information populaire mais peu fiable

Les réseaux sociaux sont une des principales sources d’information pour les Américains et les Canadiens, mais la plupart d’entre eux sont méfiants quant à la fiabilité de ces outils pour s’informer, selon un sondage publié mardi 9 avril.

Environ la moitié des Canadiens (52%) et des Américains (48%) déclarent s’informer via les réseaux sociaux comme Facebook, Instagram et Twitter, selon cette enquête réalisée fin mars par Maru/Matchbox pour la Fondation pour le journalisme canadien.

Cependant, moins de la moitié des Canadiens (32%) et des Américains (43%) déclarent faire confiance aux réseaux sociaux comme source d’information, en faisant ainsi à leurs yeux la moins fiable de toutes les manières de s’informer.

Malgré la popularité des réseaux sociaux comme source d’information, «les gens ont moins confiance en ce qu’ils y trouvent», a commenté Sara Cappe, de l’institut Maru/Matchbox, dans un communiqué publié à Toronto.

«De nombreux Canadiens – et Américains – estiment que les “fausses nouvelles” constituent un problème important et croient que la situation est particulièrement grave aux États-Unis», selon elle.

Une écrasante majorité de Canadiens et d’Américains (86% et 84% respectivement) considèrent en effet que les fausses nouvelles constituent un problème majeur pour l’élection américaine de 2020.

Malgré cela, davantage d’Américains (51%) que de Canadiens (37%) considèrent que «les “fausses nouvelles” sont toujours faciles à repérer».

Ce sondage s’appuie sur les témoignages de 1516 Canadiens et de 1523 Américains et comporte une marge d’erreur de +/-2.5 points de pourcentage.

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Ren

    Les réseaux sociaux sont peut-être source d’information populaire et peu fiable, mais certainement plus fiables que les médias traditionnels qui ne détiennent plus le monopole de l’information.