Élections fédérales 2019

Le Bloc québécois renaît

Le Bloc québécois renaît
Photo: Pablo A. Ortiz

Le Bloc québécois (BQ) a réussi son pari et obtient 32 sièges. C’est un retour en force pour le parti qui n’en avait que dix avant la dissolution du parlement, il y a deux mois. Une bonne partie des gains ont été faits aux dépens du Nouveau parti démocratique (NPD). Ils seront la deuxième opposition à la Chambre des communes.

C’est dans une salle comble, avec une ambiance survoltée à Montréal, que les militants ont appuyé leurs candidats tout en scandant des chants comme «On veut un pays» et le «Québec, c’est nous».

L’intensité a d’ailleurs monté d’un cran lorsqu’Alexis Brunelle-Duceppe, le fils de l’ancien chef Gilles Duceppe, a été élu vers 22h30, lundi soir.

«C’est une victoire énorme pour le parti. On a triplé le nombre d’élus à la Chambre des communes», a affirmé Michel Duchesne, candidat défait du Bloc québécois, qui ne ferme pas la porte à l’idée de se présenter à la prochaine campagne électorale.

Plusieurs sièges ont été remportés sur la Rive-Nord et la Rive-Sud de Montréal, ainsi que dans le Nord-du-Québec. Avant le lancement de la campagne, le chef Yves-François Blanchet souhaitait obtenir vingt sièges. Avec 32, ils détiennent maintenant la balance du pouvoir.

«Le Bloc Québécois peut, au mérite, collaborer avec n’importe quel gouvernement. Si ce qui est posé est bon pour le Québec, vous pourrez compter sur nous. Pour ce qui est nuisible pour le Québec, le Bloc se dressera sur le chemin, a lancé le chef du BQ, Yves-François Blanchet, dans son discours. Il est dans le tempérament même des Québécois d’être “parlable”, sauf s’il s’agit de renoncer ou de compromettre nos valeurs et notre langue.»

Avec ces résultats, le BQ se rapproche des résultats qu’ils avaient obtenus avant la vague orange de 2011, laissant le parti agonisant avec seulement quatre députés.

Aucun gain dans la métropole

Sur l’île de Montréal, Mario Beaulieu a été réélu. «On a un grand défi avec le gouvernement minoritaire, soit développer une industrie verte et innovante dans l’Est de Montréal. On va travailler fort pour les questions de français à Montréal», a renchéri le député de la Pointe-de-l’Île.

Plusieurs candidats montréalais ont terminé au deuxième rang, dont dans les circonscriptions de LaSalle-Émard-Verdun, Dorval-Lachine-LaSalle et Hochelaga.

Tous les députés du Bloc ont été réélus. Le doyen de la Chambre des communes, Louis Plamondon, a remporté sa 11e élection. Monique Pauzé, Marilène Gill et Xavier Barsalou-Duval comptent parmi les autres députés réélus.

«Il y a un an, il n’y a pas grand monde qui donnait cher de notre peau. On retrouve le bon vieux Bloc qui a servi le Québec », affirme M. Plamondon.

Il a qualifié les résultats d’extraordinaires et il a parlé d’un message très clair des Québécois.

Depuis les élections fédérales en 2015, le parti a dû surmonter une crise interne qui a mené à la démission de Martine Ouellet en 2018 et le couronnement d’Yves-François Blanchet au début de l’année.

This slideshow requires JavaScript.