National
16:34 13 février 2020 | mise à jour le: 14 février 2020 à 09:42 temps de lecture: 3 minutes

Bloc québécois: Yves-François Blanchet, une «carpette» devant Trudeau, lance Martine Ouellet

Bloc québécois: Yves-François Blanchet, une «carpette» devant Trudeau, lance Martine Ouellet
Photo: Colin Racicot/MétroMartine Ouellet s'attaque aux positions de son successeur, Yves-François Blanchet.

L’ex-chef du Bloc québécois Martine Ouellet règle des comptes dans une entrevue exclusive avec Métro. Elle qualifie son successeur à la tête du parti, Yves-François Blanchet, de «carpette» et affirme qu’il «donne une free-ride au parti de Justin Trudeau».

C’est ce qu’a affirmé l’ex-députée provinciale en entrevue avec le chroniqueur Frédéric Bérard lors d’une entrevue filmée en décembre.

«Le Bloc québécois reste le parti qui a donné une free-ride à Justin Trudeau pour son discours du Trône. Il n’a même rien demandé en retour», a soutenu Mme Ouellet lors de cet entretien.

«Plus carpette que ça, c’est dur à battre», a-t-elle lancé avec véhémence.

Au contraire des autres partis d’opposition, le Bloc d’Yves-François Blanchet n’a pas contesté le discours du Trône, qui fixait les principales priorités du gouvernement pour son mandat minoritaire.

«Ça m’a pincée»

Selon Mme Ouellet, Yves-François Blanchet a été porté par «la faiblesse des autres partis». Elle aurait pu faire aussi bien, soutient-elle.

«Pendant que j’étais chef du Bloc, les sondages sont montés jusqu’à 30% malgré le sabotage et le coulage dans les journaux», a-t-elle avancé.

«Le soir de la victoire, Yves-François a dit que l’indépendance n’est pas son mandat, qu’il va collaborer avec le Canada. C’est assez surréaliste», s’insurge-t-elle.

Au printemps 2018, après moins d’un an en poste, Mme Ouellet a officiellement quitté la direction du Bloc. Dans les mois précédents, plusieurs Bloquistes s’étaient distanciés d’elle. Cela avait mené à un vote de confiance où elle n’avait obtenu que 32% d’appuis chez les membres.

L’ancienne chef, qui avait alors affirmé «prendre un peu de recul» sur la vie politique, en a toujours sur le coeur. Elle dénonce le geste des «mutins» qui ont demandé sa démission.

Duceppe dans la ligne de mire

Martine Ouellet continue à croire que Gilles Duceppe, troisième chef de l’histoire de la formation, est à l’origine de son départ forcé.

«Gilles Duceppe a orchestré tout ça», maintient-elle.

«Quand les coups viennent de notre propre famille, ils font encore plus mal.» – Martine Ouellet

Appelé à réagir, le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, n’a pas souhaité réagir aux propos de Mme Ouellet.

L’entrevue intégrale sera diffusée demain matin.

Articles similaires