National
05:00 17 février 2020 | mise à jour le: 16 février 2020 à 22:47

Justin Trudeau remplira-t-il ses promesses?

Justin Trudeau remplira-t-il ses promesses?
Photo: Dave Chan/AFPLe premier ministre Justin Trudeau

Le premier mandat majoritaire de Justin Trudeau reposait sur un nombre record de 353 promesses. Quatre ans plus tard, le gouvernement fédéral a dix promesses de moins à remplir lors d’un mandat minoritaire qui pourrait se clore à n’importe quel moment. Une tâche difficile, soutient une experte.

Après les élections de 2015, l’équipe du premier ministre avait une imposante tâche à remplir, constate la politologue Lisa Maureen Birch. 353 engagements, c’était du jamais vu.

Une fois le mandat majoritaire terminé, le dernier gouvernement avait réalisé près de 70% de ses promesses. Plus de 90% si on prend en compte les promesses partiellement tenues, souligne Mme Birch.

«Il y a eu 25 promesses rompues, dont quelques promesses-clé comme la réforme électorale», analyse la professeure de science politique à l’Université Laval.

Après que les Canadiens ont reporté M. Trudeau au pouvoir en octobre, le défi s’annonce imposant, croit Mme Birch.

Polimètre

Pour un troisième mandat fédéral en ligne, une équipe de l’Université Laval passera au peigne fin l’ensemble des promesses faites par le gouvernement l’automne dernier. Le «Polimètre Trudeau» – lancé à la fin de la semaine dernière – rendra ensuite ses conclusions dès la conclusion du mandat minoritaire.

Déjà cette année, M. Trudeau a rempli deux de ses engagements en plus d’en rompre un. Deux de ceux-ci concernent la composition du premier ministre. Sur ce plan, le Parti libéral (PLC) frappe pour une moyenne de .500.

Selon Lisa Maureen Birch, Justin Trudeau a intérêt à agir urgemment. «Même pour un gouvernement majoritaire, si rien n’est fait dans les deux premières années, la probabilité que la promesse soit tenue diminue de façon importante», explique l’experte.

«Ça décolle lentement», constate-t-elle, près de cinq mois après la soirée électorale.

Budget

La chercheuse responsable du Polimètre s’attend à voir plusieurs promesses se jouer sur le premier budget fédéral, au printemps.

«Ça va être tout un défi pour M. Trudeau, surtout si le gouvernement tombe hâtivement.» – Lisa Maureen Birch, politologue

Mais rien n’est impossible, avance Mme Birch, rappelant au passage les bonnes cotes des gouvernements minoritaires de Stephen Harper. «En 2006 et 2008, M. Harper avait rempli 68% et 62% de ses promesses», soutient-elle.

Promesses-clé

L’équipe du Polimètre a déjà encerclé les engagements majeurs de M. Trudeau pour le mandat actuel. Pour les remplir, lance Mme Birch, il a intérêt à former des «alliances stratégiques» avec les autres formations de la Chambre des communes.

«Le gouvernement accorde une grande place à la question de la réconciliation avec les Premières nations», exemplifie la professeure.

Or, les événements du dernier mois dans la communauté autochtone de Wet’suwet’en augurent mal pour le PLC, croit-t-elle.

Les chefs héréditaires de cette collectivité de Colombie-Britannique dénoncent le passage d’un oléoduc sur le territoire. Les contestations ont mené à de nombreux blocus sur les passages ferroviaires du pays, immobilisant le transport de passagers et de marchandise.

Au-delà des réalités autochtones, Mme Birch surveille particulièrement la question des luttes aux changements climatiques.

«Comment vont-ils concilier leurs promesses environnementales avec les pressions de l’Ouest?», demande-t-elle.

Articles similaires