National
09:45 30 mars 2020 | mise à jour le: 30 mars 2020 à 17:05 temps de lecture: 3 minutes

Coronavirus: plus de 130 M$ dans les ressources pour aînés

Coronavirus: plus de 130 M$ dans les ressources pour aînés
Photo: Archives/MétroLa ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais

Québec répond au cri d’alarme des maisons d’hébergement pour aînés, qui craignaient dans les dernières semaines d’importants manques de matériel et de personnel. Le gouvernement de la Coalition avenir Québec versera 133 M$ aux diverses ressources de ce genre «pour faire face aux défis liés à la pandémie de la COVID-19».

La ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, en a fait l’annonce lundi matin par le biais d’un communiqué de presse.

De cette enveloppe, 20 M$ iront aux CHSLD privés non conventionnés. Le double sera alloué aux résidences privées pour aînés. Les établissements des ressources intermédiaires (RI) et des ressources de type familial (RTF) se partageront le reste du montant.

Se faisant, Québec veut mieux approvisionner ces institutions autant en matériel qu’en ressources humaines. Dimanche, le premier ministre François Legault avait convenu que les résidences pour aînés et les CHSLD nécessitaient «beaucoup de ressources» durant la crise.

«Avec cette aide d’urgence, on va pouvoir engager plus de personnel, acheter plus de matériel de protection et plus de désinfectant. On se donne les moyens pour mieux s’occuper de nos aînés et, surtout, mieux les protéger», a souligné la ministre Blais dans son communiqué, lundi.

Réseau «sous pression»

Une nouvelle accueillie favorablement, «avec des bémols», par l’Association des ressources intermédiaires d’hébergement du Québec (ARIHQ).

«Ça fait presque deux semaines qu’on appelle à l’aide. Le réseau est sous pression. Il héberge 16 000 personnes très, très, très vulnérables», observe la directrice générale de l’organisme, Johanne Pratte.

La semaine dernière, la présidente du secteur privé de la Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQP), Sonia Mancier, avait tenu des propos similaires, qualifiant entre autres les CHSLD privés conventionnés de «bombes à retardement» si Québec n’injectait aucune ressource.

«Étant donné qu’ils se considèrent comme des milieux de vie, il n’y a pas d’uniforme obligatoire», s’était-elle insurgée.

Après une rencontre avec le ministère tenue lundi, Mme Mancier a appris que les CHSLD privés conventionnés se verront rembourser leurs dépenses une fois la pandémie contenue. Leur enveloppe ne s’inscrit toutefois pas dans les sommes annoncées lundi.

«Mais ce qui m’inquiète, c’est qu’il y a encore du rationnement de matériel», souligne Mme Mancier.

La pandémie de coronavirus a fait 22 morts dans la province. Aucune de ces personnes n’était âgée de moins de 60 ans.

Augmentations de salaire

Selon Johanne Pratte, «le diable est dans les détails». Elle souhaite qu’une bonne partie de l’argent promise lundi se rende directement chez les salariés du réseau de la santé et des service sociaux.

«Actuellement, la moyenne des salaires tourne autour de 13 et 14 dollars de l’heure. De moins en moins de personnes veulent travailler avec ces conditions-là», lance la DG de l’ARIHQ.

Articles similaires