Soutenez

Revenu viable au Québec: le coronavirus doit servir de leçon, dit l’IRIS

Gros plan des mains d'un mandiant. L'IRIS plaide pour l'utilisation du concept de «revenu viable».
À Montréal, le revenu viable atteint dorénavant 27 948$ pour une personne seule. Photo: Archives Métro

La crise du coronavirus devra servir de «leçon» aux gouvernements en faveur de l’utilisation du «revenu viable» dans l’analyse de la pauvreté, alors que les mesures d’urgence surpassent maintenant l’aide sociale de base. C’est ce que conclut une étude de l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS) parue mercredi, selon laquelle le Québec n’a toujours pas les «outils» pour déterminer quand une personne sort réellement de la pauvreté.

Calculé depuis 2016 par l’IRIS, le concept de revenu viable représente le salaire moyen annuel, après impôt, qui est nécessaire pour avoir accès aux services et biens de base et éventuellement sortir de la pauvreté. Autrement dit, la donnée illustre le niveau de vie «auquel tout le monde devrait pouvoir prétendre».

«Au sortir de la crise, il sera essentiel de se demander quels planchers de revenu on doit considérer pour bien vivre ensemble.» -Eve-Lyne Couturier, chercheure à l’IRIS

À Montréal, le revenu viable atteint dorénavant 27 948$ pour une personne seule. Il bondit toutefois à plus de 39 000$ pour une personne monoparentale avec un enfant, et surpasse les 60 000$ pour un couple avec deux enfants. Seule la région de Sept-Îles surpasse la métropole à ce chapitre; une personne seule doit y gagner plus de 32 000$ pour se sortir de la pauvreté.

Selon Mme Couturier, la générosité des mesures mises en place pour contrer les impacts économiques de la pandémie montre à quel point l’aide sociale traditionnelle est inadéquate. La Prestation canadienne d’urgence (PCU), qui atteint presque le seuil de revenu viable, en serait l’exemple parfait. «On se rend compte que les gouvernements, en tentant de trouver des solutions dans l’urgence, se rapprochent instinctivement de quelque chose qui ressemble au revenu viable», dit Mme Couturier. «Si on compare à l’aide sociale, on est vraiment ailleurs.»

Une situation «négligée»

La porte-parole au Collectif pour un Québec sans pauvreté (CQSP), Virginie Larivière, abonde dans le même sens. Elle affirme qu’il est urgent de s’attaquer à l’insuffisance des programmes d’aide de base. «Ça fait des semaines qu’on talonne le gouvernement pour demander ce qu’ils vont offrir aux assistés sociaux. Ils sont eux aussi dans une grande détresse avec la pandémie, alors que la fermeture des ressources cause beaucoup d’insécurité alimentaire», dénonce-t-elle.

«Une prestation d’aide sociale, c’est 690$ par mois. La PCU, c’est 2000$ par mois. Ça veut dire qu’en quatre mois d’aide d’urgence, on fait l’équivalent du revenu annuel d’un assisté social. C’est un non-sens.» -Virginie Larivière, du CQSP

Au lieu du revenu viable, le Québec utilise la Mesure du panier de consommation (MPC) comme mesure de sortie de pauvreté. Le hic: celle-ci n’inclut que des besoins de base comme la nourriture, le logement ou les vêtements. «C’est une façon de parler de la pauvreté qui est très simpliste, en prenant en compte le strict minimum pour ne pas compromettre sa santé. Il y a tellement plus de choses à considérer en réalité», ajoute Mme Larivière.

D’ailleurs, l’IRIS dénonce également qu’une grande partie des «travailleurs essentiels» gagnent encore moins que le revenu viable, ce qui illustre la faiblesse de la MPC. «On peut prendre l’exemple des préposés aux bénéficiaires. Il a fallu que leur salaire soit augmenté de 4$ de l’heure pendant la pandémie pour qu’ils parviennent à atteindre un niveau de revenu viable. Ça a pris une crise pour révéler ces inégalités», illustre Eve-Lyne Couturier.

Le revenu viable en chiffres, au Québec

Niveau du revenu viable 2020  Personne seule Monoparent avec un enfant en CPE Couple avec deux enfants en CPE
Montréal 27 948 $ 39 099 $ 61 009 $
Québec 27 409 $ 38 663 $ 60 280 $
Trois-Rivières 24 402 $ 35 882 $ 57 900 $
Saguenay 24 083 $ 42 838 $ 64 069 $
Sept-Îles 32 682 $ 44 240 $ 66 036 $
Gatineau 27 682 $ 39 193 $ 61 124 $
Sherbrooke 24 704 $ 36 292 $ 58 249 $

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.