National
16:23 1 juin 2020 | mise à jour le: 1 juin 2020 à 16:34

Le racisme «moins grave» au Québec qu’aux États-Unis, maintient Legault

Le racisme «moins grave» au Québec qu’aux États-Unis, maintient Legault
Photo: Capture d'écranFrançois Legault

Les échos de la mort de George Floyd se rendent aux oreilles du premier ministre du Québec. S’il se dit «choqué» par cet incident, François Legault maintient que le racisme est «moins présent» dans la province que chez les voisins du sud.

«Je ne pense pas que notre problème soit aussi grave qu’aux États-Unis. En même temps, on ne peut pas dire qu’on n’a pas de problème», a évoqué M. Legault dans un point de presse tenu à Montréal, au lendemain d’une manifestation antiraciste tenue au même endroit.

Les réactions entourant George Floyd, cet homme afro-américain étouffé à mort par un agent de police américain, ont fusé cette fin de semaine. Le premier ministre a par ailleurs condamné la «mort tragique» de George Floyd aux mains d’un policier du service de police de Minneapolis.

Interrogé sur la question du racisme systémique, M. Legault a répété qu’il n’y en avait pas au Québec. M. Legault avait précédemment dû se prononcer sur ce sujet dans le cadre du projet de loi 21 sur la laïcité de l’État.

«Furieux»

Rejoint par Métro, l’activiste Will Prosper s’est dit «furieux» d’entendre le premier ministre à nouveau répéter ces propos.

«Je ne sais pas qu’est-ce qu’il gagne à dire ça, surtout qu’on a vu le premier ministre Trudeau dire qu’il y en avait partout au Canada. C’est une première reconnaissance. On a vu des maires partout au Canada dire exactement la même chose. Est-ce qu’au Québec on est différent des autres endroits?», a-t-il demandé.

«C’est dangereux et c’est grave d’avoir ces comportements-là.» – Will Prosper

«On a encore du travail à faire pour lutter contre le racisme», a cependant ajouté le leader de la Coalition avenir Québec (CAQ).

Des «efforts» à faire dans les corps de police

M. Legault soutient qu’il y a du profilage racial dans les corps policiers. Alors que l’élaboration du Livre vert sur la confiance envers la police se poursuit, le premier ministre croit que la balle est dans leur camp.

«Il y a encore des efforts à faire. Évidemment, ça va venir des forces de l’ordre», a-t-il soutenu.

Il maintient que le profilage «fait partie des réflexions» abordée dans l’élaboration de ce Livre vert. «On regarde actuellement comment on peut éviter le profilage. Il y en a, malheureusement, au Québec. Même si ce n’est pas une majorité», a-t-il observé.

– Avec Olivier Faucher

Articles similaires