National
09:41 8 juin 2020 | mise à jour le: 8 juin 2020 à 15:30 temps de lecture: 3 minutes

Nouvelle bourse de 50 millions pour les commerces montréalais

Nouvelle bourse de 50 millions pour les commerces montréalais
Photo: Josie Desmarais/MétroUne boutique de vêtements sur l'avenue Mont-Royal

Québec et Ottawa volent au secours des commerces de la grande région de Montréal. Fermés pour la grande majorité des trois derniers mois, ceux-ci auront droit à un nouveau fonds d’urgence de 50 M$.

Divisées entre Ottawa et Québec, les sommes s’adresseront à toutes les PME de la métropole, «en particulier dans le centre-ville». C’est l’organisme PME Montréal qui assurera la distribution des sommes.

Il s’agit du plus «gros investissement» fait par Développement économique Canada envers la ville dans son histoire. «Cette crise économique frappe ici en particulier au Québec, a indiqué lundi matin la ministre du Développement économique, Mélanie Joly. Elle frappe dans le Quartier des spectacles, sur la rue Sainte-Catherine, sur la Promenade Fleury.»

Les 30 M$ avancés par Ottawa prendront la forme de prêts de 40 000$ au plus. Remboursables à PME Montréal, ils resteront entre les mains de l’organisme après la crise.

Québec bonifie pour sa part de 20 M$ son Aide d’urgence aux petites et moyennes entreprises. Celle-ci a déjà mené au versement de 40 M$ dans la métropole uniquement.

«Cette aide arrive à point», s’est réjouie la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

L’Association des sociétés de développement commercial de Montréal (ASDCM) pousse un soupir de soulagement. «C’est évident qu’on préfère les subventions aux prêts, mais, dans le contexte actuel, c’est quand même des liquidités fournies aux commerçants pour passer à travers la crise», a souligné le directeur général de l’organisme, Billy Walsh.

Selon le président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM), Michel Leblanc, les gouvernements ont réagi «rapidement» pour venir en aide au centre-ville.

Il souhaiterait toutefois voir une plus importante portion du 40 000$ fourni par le fédéral se transformer en subventions. Actuellement, un commerçant qui fait appel à ce fonds ne peut utiliser que 10 000$ sous cette forme.

Revoir l’aide aux loyers

Le gouvernement de la Coalition avenir Québec assurera par ailleurs une part plus importante dans le programme fédéral d’aide aux loyers, qui accepte des requêtes depuis la fin-mai. Le ministre québécois de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, espère ainsi «permettre une plus grande adoption du programme».

Cette aide fédérale ne faisait pas le bonheur de tous. Certains commerces se plaignaient notamment que leur propriétaire ne souhaite pas y participer.

«On voyait qu’il y avait moins de propriétaires qui offraient l’aide aux loyers à leurs locataires», a d’ailleurs constaté Mélanie Joly.

Québec, qui assumait précédemment, 12,5% de la facture dans ce fonds d’aide, double sa contribution.

D’après Michel Leblanc, de la CCMM, les gouvernements auront avantage à donner une exception spéciale au centre-ville. Il demande de prolonger l’aide aux loyers commerciaux jusqu’en septembre dans ce secteur de la métropole.

«Les périodes difficiles vont durer beaucoup plus longtemps dans le centre-ville», a-t-il lancé.

Les commerces ont repris leurs activités régulières le 25 mai à Montréal. En raison de la pandémie, ceux-ci doivent suivre des consignes sanitaires strictes.

Le ministre Fitzgibbon ne se fait d’illusion: plusieurs commerces écoperont de la pandémie malgré l’aide annoncée lundi. «Tous les ans, il y a probablement un 5 à 10% de commerces qui se recyclent, a-t-il observé. Ça va continuer, probablement être un peu plus élevé.»

Articles similaires