National
10:33 17 juin 2020 | mise à jour le: 17 juin 2020 à 10:36 temps de lecture: 2 minutes

Le taux d’inflation recule pour un deuxième mois de suite, les aliments toujours plus chers

Le taux d’inflation recule pour un deuxième mois de suite, les aliments toujours plus chers
Photo: Archives Métro

Le taux d’inflation canadien a effectué un deuxième pas de recul d’affilée au mois de mai. Le prix des aliments, lui, continue toutefois d’augmenter.

Déjà en avril, l’Indice des prix à la consommation (IPC) avait baissé de 0,2% par rapport à l’année précédente. Au mois de mai, il a connu un plongeon de 0,4% en comparaison à mai 2019.

Mais en pleine pandémie, l’achat de nourriture continue ses impacts sur le portefeuille des Canadiens. «Les prix des aliments (+3,1 %) sont demeurés élevés en mai, affichant l’augmentation d’une année à l’autre la plus marquée parmi les composantes principales», a indiqué Statistique Canada dans une analyse publiée tôt mercredi.

Dans son ensemble, le taux d’inflation canadien progresse plus lentement que jamais.

«Sans l’essence, l’IPC a progressé de 0,7 %, ce qui représente la croissance la plus faible depuis janvier 2013.» – Extrait de l’analyse mensuelle de Statistique Canada

Baisse des prix des logements

Malgré l’augmentation des coûts en épicerie, les consommateurs appelés à déménager pourraient profiter d’un répit cette année.

Pour un deuxième mois d’affilée, le coût des loyers a diminué au Canada. Uniquement par rapport à avril, il s’est abaissé de 0,8%.

Mardi, la Corporation des propriétaires immobiliers du Québec confirmait déjà que le terrain de jeu s’était agrandi pour les locataires. À Montréal uniquement, le taux d’inocupation des logements serait passé de 1,1% en mai à près de 2% en juin.

Les propriétaires ne sont pas en reste: l’intérêt hypothécaire a lui aussi chuté, observe Statistique Canada.

Des transports toujours moins chers

La pandémie n’a par ailleurs pas terminé d’affecter les coûts dans le monde du transport. Le mois dernier, l’IPC transports a perdu trois points de pourcentage par rapport à mai 2019.

Mais le prix de l’essence reprend du poil de la bête, notamment à Montréal. En chute depuis le début de l’année, le prix moyen pour l’essence ordinaire est reparti à la hausse dans la grande région métropolitaine. Il atteignait en mai environ 97 cents au litre.

Articles similaires