National
15:00 23 juin 2020 | mise à jour le: 23 juin 2020 à 15:24

Possible premier cas de coronavirus à l’Assemblée nationale

Possible premier cas de coronavirus à l’Assemblée nationale
Photo: iStock

Les partis politiques à l’Assemblée nationale sont sur leurs gardes après qu’une employée du Parti libéral du Québec (PLQ) ait éprouvé des symptômes qui s’apparentent à ceux du coronavirus.

L’employée en question, qui devra passer un test de dépistage, oeuvre comme recherchiste pour le PLQ. Dans les derniers jours, elle a pris part aux travaux parlementaires à l’Assemblée nationale.

«Tout est mis en oeuvre pour assurer la sécurité de tous. Nous sommes en lien avec l’Assemblée nationale ainsi que la Santé publique», a assuré à Métro le responsable des relations avec les médias à l’aile parlementaire libérale, Frédéric Labelle.

Lundi, des membres de la Commission des transports et de l’environnement ont d’ailleurs siégé lundi pour débattre du projet de loi 44 sur le Fonds vert.

Le dévoilement de ce premier cas potentiel de coronavirus au sein de l’Assemblée nationale survient également au lendemain d’un important remaniement ministériel qui a réuni notamment le premier ministre François Legault, des employé de l’Assemblée nationale et des journalistes. Contacté par Métro, le cabinet du premier ministre se veut toutefois rassurant.

«Le ministre Benoit Charette, les députés du gouvernement et les employés du ministère de l’Environnement et du cabinet du whip, présents hier, étaient tous à une distance de plus de 2 mètres de la recherchiste. Il n’y a donc eu aucun contact direct», indique son attaché de presse, Ewan Sauves.

M. Legault n’envisage d’ailleurs pas de se faire tester, a-t-il ajouté.

«Lorsqu’il s’est déplacé à l’Assemblée nationale, il portait un masque. M. Legault est en pleine forme et ne ressent aucun symptôme.» -Ewan Sauves, attaché de presse du premier ministre du Québec

Ajournement des travaux

L’aile parlementaire du PLQ a informé ce matin les autres partis concernant les symptômes qu’éprouve une de ses employés. Les travaux sur le projet de loi 44 ont ensuite été annulés pour la journée.

«À titre préventif, tous les membres de notre équipe qui ont pu se trouver à proximité de cette personne se feront tester dès que possible», a indiqué par écrit le directeur des communications de l’aile parlementaire du Parti québécois, Mathieu Lavigne.

«C’est sûr qu’on va suivre le dossier de près, mais on n’a pas de cas pour l’instant parmi nos employés», a pour sa part déclaré à Métro l’attachée de presse de l’aile parlementaire de Québec solidaire, Simone Lirette.

Enquête à venir

Si l’employée en question reçoit un test positif au coronavirus, la Santé publique dressera alors une liste des personnes qui ont été en contact étroit avec elle dans les derniers jours.

«Nous avons mené des vérifications avec le Dr Arruda, qui nous indique qu’une enquête de la Santé publique sera menée concernant la recherchiste du Parti libéral si elle obtient un résultat positif, comme c’est déjà le cas pour tout nouveau cas confirmé», a précisé Ewan Sauves.

Lundi, Québec a enregistré son meilleur bilan en matière de propagation du coronavirus alors qu’aucun nouveau décès quotidien n’a été annoncé. Sept nouveaux décès et 49 cas supplémentaires ont pour leur part été rapportés mardi.

Articles similaires