National
05:00 17 septembre 2020 | mise à jour le: 16 septembre 2020 à 18:14 temps de lecture: 3 minutes

Le Panier bleu pourrait-il se transformer en «Amazon québécois»?

Le Panier bleu pourrait-il se transformer en «Amazon québécois»?
Photo: Josie Desmarais/MétroPlusieurs personnes patientent devant le magasin Simons, rue Sainte-Catherine.

Écartée au printemps, la transformation du «Panier bleu» en site transactionnel, à la «Amazon», est revenue mercredi dans le discours du ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon. L’élu constate que ça ne sera pas si simple que ça.

Lancé au début du mois d’avril, en plein milieu de la pandémie, le Panier bleu prend pour l’instant la forme d’un registre des commerces locaux disponible à tous. Cet été, la plateforme a subi une «baisse attendue» de son achalandage, notamment en raison des habitudes estivales des consommateurs, souligne le créateur du projet, Alain Dumas.

De 140 000 visites par semaine en mai, la fréquentation hebdomadaire est passée à 70 000 en juin et à 37 000 en juillet. Les représentants du site s’attendent à une résurgence jusqu’à 75 000 ce mois-ci.

La tendance observée demeure une occasion de repenser le Panier bleu, croit M. Dumas, son directeur général. L’organisme a d’ailleurs entrepris en juin l’élaboration d’un rapport sur son mandat futur.

Dépendamment des conclusions du document, censées arriver en octobre ou en novembre selon le DG de l’organisme, le Panier bleu pourrait donc ajouter une dimension transactionnelle à ses services.

«Est-ce qu’on pourrait avoir demain matin le fameux « Amazon Québec » dont on parle depuis des années? Je pense que tout le monde aimerait voir ça, mais il faut être réaliste», a relativisé mercredi le ministre québécois de l’Économie, Pierre Fitzgibbon.

Celui-ci venait d’annoncer le versement de 3 M$ pour les «frais d’opération» du site.

Revoir la chaîne logistique

Alain Dumas évoque «un travail beaucoup plus grand» pour rendre le Panier bleu totalement transactionnel.

«Pour être vraiment compétitif, il faut trouver une façon d’offrir une seule transaction multi-marchands. C’est un peu le principe des Amazon de ce monde: on pourrait aller sur le site, acheter un livre chez Renaud-Bray, un vêtement chez l’Aubainerie et faire une seule transaction.

«C’est vraiment une étape d’un autre niveau.» – Alain Dumas, DG du Panier bleu

En plus d’appeler à une meilleure numérisation des commerces, le ministre Fitzgibbon souhaite voir naître une chaîne logistique plus solide au Québec.

«Quand on produit des biens, comment s’assurer pour qu’ils soient disponibles le lendemain matin à Rouyn-Noranda? Ce n’est pas évident. La chaîne logistique, c’est pour moi le chantier le plus important», a précisé l’élu, mercredi.

Un inventaire en ligne

Le Panier bleu a déjà un objectif en ligne de mire pour la prochaine étape de son évolution: «migrer du magasin vers le produit».

Les commerces pourront désormais afficher leur inventaire en ligne, plutôt qu’une simple adresse, comme c’est le cas sur le Panier bleu 1.0.

«Les gens vont pouvoir trouver probablement des petits commerçants qu’ils n’auraient pas trouvés», a indiqué M. Dumas.

Articles similaires