LaSalle
18:27 21 septembre 2020 | mise à jour le: 21 septembre 2020 à 19:09 temps de lecture: 5 minutes

Des élus menacés durant la pandémie

Des élus menacés durant la pandémie
Photo: 123RFDes internautes se sont déchaînés durant la pandémie sur les réseaux sociaux, notamment contre les élus.

La Sûreté du Québec (SQ) a dévoilé la semaine dernière que les élus de l’Assemblée nationale, tous partis confondus, sont particulièrement visés par des menaces sur les réseaux sociaux depuis le début de la pandémie.

Entre le 15 mars et le 15 septembre, le corps policier a reçu 600% plus de signalements qu’à pareille date l’an dernier.

Cette hausse est évidemment reliée à tout ce qui entoure la COVID-19 pour l’inspecteur-chef et directeur des communications de la SQ, Guy Lapointe.

«En ce moment, les gens partent en échappée avec leurs claviers. Ils ont un faux sentiment de sécurité en pensant qu’ils peuvent faire ce qu’ils veulent. Les inhibitions tombent et ils se mettent dans le trouble», image le policier.

«La SQ ne dira pas aux gens quelle opinion avoir. Peu importe votre courant de pensée, si vous menacez, vous n’avez pas raison. Il y a moyen d’avoir des débats, sans avoir recours à la menace.» – Guy Lapointe, inspecteur-chef et directeur des communications de la SQ

Selon lui, plusieurs pensent que même s’ils n’ont pas l’intention de commettre un crime, ce n’est pas grave.

Toutefois, le simple fait de menacer de blesser ou de tuer une autre personne sur les réseaux sociaux peut mener à une intervention de la SQ et même, à une arrestation et des poursuites criminelles.

La plupart des signalements concernent des gens sans antécédents, mais qui se laissent emporter sans comprendre la gravité de leurs gestes.

Témoignages d’élus provinciaux

La députée provinciale de Marguerite-Bourgeoys, Hélène David dit ne pas avoir été victime de menaces, de propos haineux ou de menaces sur les réseaux sociaux durant la pandémie.

Toutefois, elle raconte avoir reçu de nombreux messages dégradants envers les femmes lorsqu’elle militait contre le projet de loi 21 sur la laïcité de l’État.

«C’est une réflexion sociale, planétaire qu’on doit avoir sur l’utilisation des réseaux sociaux. On est à une étape qu’il faut s’arrêter et se dire qu’on met des balises», plaide-t-elle.

En ce qui concerne la députée provinciale de Verdun, Isabelle Melançon, elle souligne qu’il ne s’agit pas d’un nouveau phénomène. «En 2018, lorsque j’étais ministre, j’ai reçu des menaces écrites où l’on mettait même l’adresse de l’école de mes enfants. Troublant, choquant, inquiétant», résume-t-elle.

Mme Melançon n’a pas vu le nombre de commentaires désobligeants augmenter avec la pandémie, mais elle trouve que «c’est plus l’intensité qui est différente parce que c’est très polarisant ce qui arrive en ce moment».

Il y a quelques semaines, Mme Melançon a été harcelée à la sortie de son bureau. Un homme l’attendait et il s’est mis à crier, la filmer et la poursuivre jusqu’à son stationnement avant de donner un coup de pied sur sa voiture.

«Je me suis sentie agressée. Il ne m’a pas frappée, mais je ne veux pas que ça en vienne là», commente Mme Melançon, qui a d’ailleurs porté plainte au poste de quartier 16 contre l’individu, qui est un récidiviste connu des autorités.

Réactions d’élus fédéraux

Le député fédéral de LaSalle-Émard-Verdun et ministre de la Justice, David Lametti, affirme que lui et ses collègues d’Ottawa reçoivent régulièrement des menaces sur les médias sociaux, mais aussi en personne.

Son bureau de circonscription avait d’ailleurs été vandalisé par un groupe d’activistes en février. «C’est déstabilisant. C’est encore pire pour mon équipe. Ils sont là pour aider les gens. C’est très difficile pour eux. Ce n’est pas acceptable dans notre société», tonne-t-il.

Il planche d’ailleurs sur un plan pour contrer la haine en ligne. Des consultations sont en cours.

La députée fédérale de Saint-Laurent, Emmanuella Lambropoulos n’a jamais été menacée sérieusement via les réseaux sociaux.

C’est un autre incident qui l’a plutôt marqué L’année dernière, un homme ayant eu des démêlés pour son statut d’immigration s’est présenté à son bureau de circonscription. Il était très agressif.

«Il ne quittait pas lorsque l’employée le lui demandait. Ça lui a pris un bon bout pour sortir finalement», raconte Mme Lambropoulos.

Après cet épisode, les mesures de sécurité ont été renforcées. Les rendez-vous sont maintenant obligatoires au bureau de circonscription, sans quoi il est impossible d’y entrer. Cette règle permet principalement d’éviter qu’une personne s’y trouve seule.

«On est plusieurs femmes et souvent il n’y a que nous dans le bureau, alors c’est pour savoir et contrôler qui vient», explique Mme Lambropoulos.

300

C’est le nombre de signalements reçus par la Sûreté du Québec concernant des menaces sur les réseaux sociaux envers les élus de l’Assemblée nationale depuis le début de la pandémie.

Avec la collaboration de Laurent Lavoie et Katrine Désautels

Articles similaires