National
13:12 22 septembre 2020 | mise à jour le: 22 septembre 2020 à 15:01 temps de lecture: 4 minutes

COVID-19: deux nouvelles régions dans l’orange

COVID-19: deux nouvelles régions dans l’orange
Photo: Josie Desmarais/MétroLe ministre de la Santé, Christian Dubé

Après Montréal, la Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches, dimanche, voilà que les régions de Laval et de l’Outaouais passent à l’orange. Une situation qui met de la «pression» sur le réseau de la santé, selon le ministre de la Santé.

Le Centre-du-Québec passe du vert au jaune, a par ailleurs souligné en point de presse le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé. Cinq régions du Québec se retrouvent donc entièrement ou partiellement dans la zone d’«alerte» orange, qui statue principalement sur la taille des rassemblements.

Sur 17 régions, seules cinq demeurent complètement vertes.

Dans un gazouillis publié mardi, le maire de Laval, l’une des nouvelles régions en orange, a appelé ses concitoyens à «respecter les consignes de la Santé publique et [à] éviter de [se] rassembler dans les résidences privées».

«Nous avons constaté des choses dérangeantes. On voit que des régions épargnées à la première vague ont un comportement complètement différent de ce qu’on a vécu», a-t-il indiqué . La Capitale-Nationale, qui s’était vue partiellement épargnée lors de la première vague, sème l’inquiétude chez l’élu caquiste.

La Santé publique rapporte par ailleurs moins de 500 cas dans les 24 dernières heures après avoir dépassé ce plateau la journée précédente. «Je ne voudrais pas qu’on se réjouisse trop vite», a affirmé M. Dubé.

Le Québec est au début d’une deuxième vague, avait souligné pas plus tard qu’hier le directeur national de santé publique, Horacio Arruda. Celui-ci n’exclut d’ailleurs pas que des régions passent au rouge, qui signifierait une reconfinement presque total dans les secteurs touchés.

Une nouvelle vague «différente»

Après les CHSLD durant la première vague, le Québec fait face à une menace «différente» cette fois, a convenu mardi le ministre Dubé. «En ce moment, on est dans ce qu’on appelle la contagion communautaire», a-t-il signifié aux journalistes.

Le mécanisme de transmission a d’ailleurs des impacts importants dans les hôpitaux selon lui. «Je vous donne l’exemple de Québec, où il y a des troubles [dans le] système hospitalier», a ajouté M. Dubé.

«On ne laissera pas notre système de santé se faire mettre à mal pour les mauvaises raisons.» – Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux

Confronté à une forte demande dans les cliniques de dépistage, Québec a dû ordonner dans les derniers jours des «déplacements d’infirmières» vers les cliniques de dépistage. C’est dans ce contexte que Québec fait un nouvel appel aux bénévoles, comme au printemps avec le site Web «Je contribue».

La plateforme prend à nouveau les applications, notamment pour effectuer des tests de dépistage et mener des enquêtes épidémiologiques.

Retour du phénomène CHSLD?

Aux mois d’avril et de mai, le réseau québécois des soins de longue durée enregistrait régulièrement des centaines de décès par semaine. Aujourd’hui, le gouvernement de François Legault maintient avoir repris le contrôle.

Or les autorités sanitaires régionales ont mis une vingtaine de CHSLD et une trentaine de résidences privées sous surveillance.

«Il va toujours y en avoir, c’est malheureux, a admis le ministre Dubé, mardi. Mais je peux vous dire qu’à chaque fois qu’on a un cas, on s’assure que le système de prévention et de contrôle des infections a été mis en place.»

La ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, précise que «seules les visites nécessaires à des fins humanitaires et celles de personnes proches aidantes apportant une aide significative à un résident sont autorisées» dans les zones oranges du système d’alerte gouvernemental.

Articles similaires