National
16:43 25 octobre 2020 | mise à jour le: 26 octobre 2020 à 08:15 temps de lecture: 3 minutes

GNL Québec: le Parti conservateur du Québec donne son appui au projet

GNL Québec: le Parti conservateur du Québec donne son appui au projet
Photo: Andrew Burton/Getty ImagesLe projet GNL Québec vise également la construction d'un gazoduc qui traverserait le nord du Québec.

Il y a quelques jours, le Parti conservateur du Québec a de nouveau donné son appui au projet de gaz naturel liquéfié de GNL Québec au Saguenay. Pour ce faire, le parti de droite a déposé un mémoire au Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE).

Le PCQ en a fait l’annonce samedi en envoyant un communiqué aux médias samedi.

Selon Adrien Pouliot, le chef du PCQ, pour avoir du développement durable, il faut d’abord du développement. Le politicien trouve que les opposants au projet se limitent à analyser les impacts négatifs que GNL Québec pourrait avoir sur l’environnement sans penser aux avantages que la province pourrait en tirer.

Pour sa part, le parti y voit surtout des retombées positives sur une échelle mondiale et insiste sur l’importance du développement économique de la province.

«Le Parti conservateur du Québec considère que les bénéfices sont clairs non seulement pour la communauté locale, mais aussi pour le Québec, le Canada et les nombreux pays qui bénéficieront d’une nouvelle source d’approvisionnement en combustible plus propre et émettant moins de GES que les sources d’énergie actuellement utilisées par ces pays.» André Valiquette, président de la Commission politique du Parti conservateur du Québec

D’après le PCQ, les risques pour l’environnement, notamment pour les bélugas, s’avèrent faibles.

Un projet controversé

Au cours des dernières semaines, nombreux sont ceux qui se sont prononcés contre le projet GNL Québec. Parmi ceux-ci figurent plusieurs groupes environnementaux ainsi que plus de 300 000 étudiants à travers la province. Tout récemment, Greenpeace s’est aussi opposée au projet et a cherché à faire passer un message au gouvernement en posant des bannières à des endroits emblématiques dans les quatre coins du pays. Selon l’organisation environnementale, il est possible de miser sur une relance de l’économie juste et verte.

De son côté, le PCQ reconnaît que toute activité humaine de développement comporte un risque environnemental, mais aussi des bénéfices réels et mesurables. De plus, le parti croit que la nature des risques et les stratégies de mitigation mises de l’avant par GNL Québec rendent le projet acceptable.

«Le BAPE doit donner au gouvernement un avis favorable au projet et recommander que les meilleures pratiques commercialement viables en matière de construction et d’exploitation soient déployées par GNLQ pour assurer un projet respectueux de l’environnement et rentable.» Jimmy Voyer, vice-président de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean pour le PCQ

Articles similaires