National

Manquements éthiques: le ministre Fitzgibbon blâmé

Pierre Fitzgibbon, le ministre de l'Économie, lors d'un discours devant le Cercle Canadien de Montréal.
Le ministre de l'Économie, Pierre Fitzgibbon Photo: Gracieuseté/Cercle canadien de Montréal

L’Assemblée nationale a voté jeudi en faveur d’un blâme envers le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, dont l’indépendance a été «influencée» par un ami lobbyiste dans les premiers mois de son mandat.

La sanction, qui nécessitait un vote aux deux-tiers de la chambre, a été adoptée à quasi-unanimité. Seul M. Fitzgibbon lui-même s’est abstenu.

Le reste des élus de la Coalition avenir Québec, la formation politique de M. Fitzgibbon, ont aussi accepté les dires du rapport de la commissaire à l’éthique, qui recommandait un blâme le mois dernier.

Sous enquête depuis 2019, le ministre faisait l’objet de plusieurs signalements concernant la vente de ses actions dans l’entreprise MOVE Protéine à son ami Luc Laperrière, lobbyiste pour plusieurs intérêts.

Pierre Fitzgibbon devient le premier ministre de l’Histoire à se voir blâmé pour manquements éthiques. L’ex-ministre libéral Pierre Paradis était passé à deux doigts de l’être, en 2018. Son parti avait finalement voté contre le rapport du Commissaire qui lui reprochait d’avoir utilisé à tort des fonds publics.

Pas de conflit?

L’enquête de la commissaire Ariane Mignolet concluait à la fin du mois d’octobre que M. Fitzgibbon n’aurait pas dû faire appel à son ami lobbyiste Luc Laperrière pour se départir de ses actions à son entrée en poste.

C’est qu’après une entente verbale, la vente des actifs a pris plusieurs mois avant de se conclure. Entretemps, M. Laperrière a effectué des activités de lobbying auprès du ministre pour trois projets. Selon le rapport, l’entrepreneur s’est placé «en apparence du moins, dans un rapport de force vis-à-vis du Ministre».

«J’en arrive à la conclusion que le Ministre détient un intérêt personnel lorsque, dans l’exercice de sa charge, il discute avec monsieur Laperrière des projets de [ses] clients», peut-on lire.

Mercredi, le ministre avait réitéré qu’il n’y avait qu’«apparence» de conflit d’intérêts. Les projets moussés par son ami n’ont jamais abouti, soutient-il.

«Je ne me suis jamais placé dans une situation de conflit d’intérêts ni favorisé mes intérêts personnels», avait indiqué en chambre le député de Terrebonne.

«Jamais mon objectif n’a été de m’avantager, mais plutôt d’améliorer le sort de toutes Québécoises et tous les Québécois.» – Pierre Fitzgibbon

Articles récents du même sujet