National
16:06 20 novembre 2020 | mise à jour le: 20 novembre 2020 à 17:39 temps de lecture: 4 minutes

Congé des Fêtes: «pas de célébration» pour les «anges gardiens»

Congé des Fêtes: «pas de célébration» pour les «anges gardiens»
Photo: Chip Somodevilla/Getty ImagesCertains «anges gardiens» pourraient passer les Fêtes sans pouvoir voir leur famille.

«Pas de célébration pour nous». La moitié des employés du réseau de la santé pourraient se retrouver sans possibilité de rassemblements pendant les Fêtes, craint la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ).

La nouvelle est tombée comme un coup de massue pour plusieurs «anges gardiens» du réseau de soins. Au moment-même où le premier ministre François Legault annonçait une «période de grâce» de quatre jours cet hiver, du 24 au 27 décembre, les commentaires sur sa page Facebook se sont enflammés.

«Je suis infirmière et je travaille du 24 au 28 décembre… Je comprends que je ne pourrai pas voir ma famille?» s’est interloquée une utilisatrice durant la retransmission de la conférence en presse. «Vous punissez 50% du personnel qui travaille dans les hôpitaux vu que nous travaillons une fête sur deux!» a lancé une autre.

Une information confirmée par la présidente de la FIQ, Nancy Bédard. En temps normal, précise-t-elle, les travailleurs de la santé doivent se présenter au travail dans les environs de Noël ou bien dans ceux du jour de l’An. «C’est comme la loterie», évoque-t-elle.

Pascale Gendron fait partie de ces «anges gardiens» exténués qui ont perdu le tirage au sort. En soirée, jeudi, elle a décidé de s’adresser directement au chef d’État québécois.

«Avec votre annonce, vous permettez à la moitié d’entre nous, qui se dévouons depuis le mois de mars, de pouvoir se rassembler en famille pour alléger un peu notre cœur», a-t-elle écrit dans une longue publication partagée par centaines sur Facebook.

«L’autre moitié, comme moi, qui travaille de soir du 24 au 27 décembre, et bien non, pas de célébration pour nous, parce que vous ne vous préoccupez pas réellement de nous.» – extrait de la lettre de Pascale Gendron à François Legault

Une «douche froide»

Les témoignages ne s’arrêtent pas là. En entrevue avec Métro, Maryse constate avoir déjà confirmé son horaire pour les Fêtes: du 23 au 27 décembre. Cette infirmière du CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île, qui a voulu taire son nom de famille par crainte de représailles professionnelles, avoue ne pas avoir été surprise par l’annonce du premier ministre.

«De la reconnaissance, il n’y en a pas depuis le début», tonne-t-elle.

À la FIQ, l’annonce du gouvernement provincial est arrivée comme une «douche froide».

«Cette annonce-là a donné un peu de bonheur aux gens du Québec, mais ça n’a pas été le cas pour les professionnels en soin», souligne Nancy Bédard. La représentante syndicale affirme avoir reçu une vague de témoignage en soirée et ce matin.

«Ça fait huit mois que ces gens-là sont au coeur de cette pandémie. Je ne comprends pas que le premier ministre n’ait pas pensé à leur offrir ce ressourcement-là.» – Nancy Bédard, présidente de la FIQ

Elle renchérit: Québec aurait pu procéder avec deux périodes de vacances distinctes de deux jours – dans les environs de Noël et dans les environs du jour de l’An. Le plan aurait permis d’offrir une issue aux employés du réseau, ajoute Mme Bédard.

«On s’attend, dans les prochains jours, à ce que le premier ministre s’adresse directement aux travailleuses essentielles», indique-t-elle.

Des horaires flexibles?

Métro a contacté les cinq autorités de santé locales de l’Île de Montréal, vendredi. Si la plupart n’ont pas fixé tous leurs horaires, certaines ont ouvert la porte à des allègements.

«Nous allons essayer de trouver un équilibre pour accommoder le plus grand nombre de travailleurs possibles, tout en garantissant un accès sécuritaire aux soins», signale dans une réponse écrite la conseillère aux relations médias du CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal Séléna Champagne.

Même son de cloche dans l’Ouest de l’Île. «Nous allons tout faire pour permettre à nos employés de passer une belle période des Fêtes», écrit la responsable des relations publiques Hélène Bergeron-Gamache.

Au moment d’écrire ces lignes, Métro était toujours en attente de retour des trois autres CIUSSS montréalais.

Articles similaires