National
18:10 1 décembre 2020 | mise à jour le: 1 décembre 2020 à 19:00 temps de lecture: 3 minutes

Complotistes dans des hôpitaux: Legault va aviser la police

Complotistes dans des hôpitaux: Legault va aviser la police
Photo: Josie Desmarais/MétroLe premier ministre François Legault

Le premier ministre François Legault prend au sérieux l’appel à l’infiltration des hôpitaux lancé cette fin de semaine par des complotistes. «Les policiers seront mis au courant», a-t-il lancé mardi.

L’élu de la Coalition avenir Québec réagissait au message lancé ce week-end par un internaute qui invitait les Québécois à se rassembler dans des centres hospitaliers pour constater de visu ce qui se passe à l’intérieur. Selon cet homme, la COVID-19, qui a fait 7084 morts au Québec aux dernières nouvelles, n’existe pas.

C’est avec dérangement que le premier ministre a appris la nouvelle mardi. «Je suppose que les policiers sont déjà au courant, mais je vais m’en assurer», a insisté M. Legault.

Des décrets gouvernementaux adoptés précédemment font déjà en sorte qu’une personne dans un lieu public doit porter un masque. Sans quoi, elle est passible d’une amende.

«Ça n’a pas de bon sens que quelqu’un pose un geste comme celui-là ou propose aux Québécois de poser des gestes comme ça. Actuellement, la situation est serrée, difficile dans les hôpitaux, ce n’est sûrement pas le temps d’aller jouer au fin finaud», a lancé sans détour le premier ministre.

Dans les minutes précédentes, il avait souligné à grands traits les risques de surcharge dans les hôpitaux du Québec. Certains d’entre eux ne sont pas loin de devoir procéder à l’arrêt de certaines activités médicales, avait-il réitéré.

Les rassemblements de Noël sont d’ailleurs mis en danger par cette flambée, affirme M. Legault.

Des activités qui se répètent

L’appel aux rassemblements dans les hôpitaux n’est pas le premier appel à la désobéissance lancé sur le Web par des opposants aux mesures sanitaires.

Des Québécois ont notamment fait fi des mesures sanitaires dans un centre commercial de Rosemère à la fin du mois de novembre. Plusieurs d’entre eux se sont enlacés, sans respecter les deux mètres de distanciation. La plupart ne portaient pas de masque.

Dans un courriel envoyé à Métro lundi, la police de Montréal assure que la sécurité sera assurée dans les hôpitaux.

«Des policiers pourraient être appelés à intervenir dans le cas où l’ordre public, la sécurité des citoyens ou la libre circulation aux abords des hôpitaux serait compromise. Des rapports d’infraction généraux pourraient également être rédigés dans le cas où un personne refuserait de respecter les mesures sanitaires», a indiqué le SPVM.

Articles similaires