National
11:37 11 décembre 2020 | mise à jour le: 11 décembre 2020 à 16:39 temps de lecture: 3 minutes

Québec solidaire craint un «retour à l’austérité» en 2021

Québec solidaire craint un «retour à l’austérité» en 2021
Photo: Mario Beauregard/MétroLe co-porte-parole de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois

Les élus de Québec solidaire (QS) s’inquiètent que, sans transferts en santé du fédéral, le gouvernement de François Legault remette l’austérité au goût du jour en 2021. Le premier ministre persiste et signe: pas de hausses de taxes, ni de coupes dans les services.

«C’est une de nos principales craintes», a signalé vendredi le co-porte-parole de QS Gabriel Nadeau-Dubois, qui participait à un point de presse de fin de session parlementaire. Celui qui s’est longtemps opposé aux politiques financières de l’ex-gouvernement libéral s’attend à ce que l’histoire se répète.

Ces propos surviennent au lendemain d’une longue journée de négociations entre Québec et le gouvernement fédéral dans le but que les provinces touchent davantage de transferts fédéraux en santé. S’il a convenu que la part d’Ottawa dans ces dépenses devait augmenter, le premier ministre canadien, Justin Trudeau, a indiqué qu’il était trop tôt pour en discuter.

Pourtant, la mise à jour économique québécoise du 12 novembre prend en compte que Québec touchera non moins de 6 G$ par année en transferts fédéraux, ce qui, selon le ministre des Finances, permettra de maintenir tous les services sans hausser la charge fiscale des contribuables.

D’après M. Nadeau-Dubois, la Coalition avenir Québec (CAQ) rêve en couleur. «Hier, M. Legault a reçu une réponse très clair de M. Trudeau. Son plan de retour à l’équilibre budgétaire est dépassé», a-t-il lancé, vendredi.

Selon Québec, ce retour à l’équilibre se fera dans cinq ans.

Legault répond

Interrogé par l’autre co-porte-parole solidaire, Manon Massé, en période des questions, le premier ministre du Québec a répliqué, vendredi. «Il n’est pas question de couper quelque service que ce soit», a-t-il affirmé en chambre.

Selon lui, «la bataille commence» pour les provinces. Il s’attend toujours à toucher les transferts fédéraux, malgré la rencontre de jeudi, qu’il a lui-même qualifié de «rendez-vous manqué».

Au Parti québécois, on s’attend à ce que le ministre des Finances, Eric Girard, «refasse sa mise à jour économique». «Il faut nous donner un portrait réel», a renchéri le chef parlementaire de la formation, Pascal Bérubé.

«Il n’y aura aucune augmentation des impôts et des taxes. On ne peut pas être plus clair», a répondu le premier ministre Legault.

Justin Trudeau s’est engagé jeudi à tenir des rencontres «régulièrement» sur les transferts fédéraux en santé. Québec veut voir la part d’Ottawa dans les dépenses en santé passer de 22% à 35% par année. Aucune date n’a été fixée pour la prochaine réunion du Conseil de la fédération sur le sujet.

Articles similaires