National

Déconfinement partiel: Québec prolonge ses programmes d’aide aux entreprises

Pierre Fitzgibbon, le ministre de l'Économie, lors d'un discours devant le Cercle Canadien de Montréal.
Le ministre de l'Économie, Pierre Fitzgibbon Photo: Gracieuseté/Cercle canadien de Montréal

Les entreprises qui resteront fermées malgré le «petit déconfinement» annoncé mardi par Québec auront droit aux programmes d’aide provinciaux pour plus longtemps.

Le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, reconduit l’Aide aux entreprises en régions en alerte maximale (AERAM). Celle-ci s’adresse à toutes les entreprises situées en zone rouge, comme Montréal.

Les entreprises fermées pour plus de 90 jours, dont les restaurants, les bars et les cinémas en zone rouge, seront éligibles pour deux mois supplémentaires.

«On parle d’à peu près 22 000 ou 23 000 entreprises, a précisé le ministre Fitzgibbon mercredi. Ça devrait être un oxygène pour elles.»

Par ailleurs, tout commerce fermé pour moins de trois mois consécutifs aura tout de même droit à un mois d’AERAM de plus. On parle des commerces de détail, par exemple. Mardi, Québec annonçait leur réouverture à la hauteur de la province.

Assez?

Lancée au mois d’octobre, l’AERAM est une forme de prêt adressée aux PME qui ont pignon sur rue dans les secteurs du Québec où la transmission de la COVID-19 est la plus élevée. Chaque mois, les entreprises qui y appliquent peuvent obtenir jusqu’à 15 000$ pour payer leurs frais fixes, comme l’électricité et le chauffage.

Selon l’Association Restauration Québec (ARQ), son renouvellement viendra soulager quelques propriétaires. Or, l’application à l’AERAM «demeure ardue», selon son vice-président aux affaires publiques et gouvernementales, François Meunier.

«C’est beaucoup plus complexe qu’un programme de subventions. Plein de gens ne l’ont pas demandé», signale-t-il.

Environ 15% des restaurateurs auraient appliqué à l’AERAM, selon le ministre Fitzgibbon. Il soutient avoir amélioré le programme depuis l’automne. «Quand on a créé l’AERAM, ça a jammé dans les coudes, un peu. Je pense que le processus d’application s’est simplifié», maintient-il.

À la Nouvelle association des bars du Québec, on se satisfait du prolongement de l’AERAM, mais on craint que les bonnes nouvelles en cachent de moins bonnes. «Je pense que le gouvernement nous prépare peut-être à un confinement jusqu’en avril», indique le président de l’organisme, Pierre Thibault.

Les bars et les restaurants montréalais ont fermé leurs portes en octobre. «On va être fermés le double du temps du premier confinement», ajoute-t-il.

De l’aide dans les centres-villes?

Pierre Fitzgibbon soutient que le robinet n’arrêtera pas de couler. Fortement touchés depuis le début de la pandémie, les centres-villes pourraient bientôt recevoir des bonnes nouvelles, a-t-il évoqué mercredi.

«Je travaille très étroitement avec Valérie Plante. On va annoncer, je pense dans les prochaines semaines, des programmes additionnels pour les centres-villes», a-t-il signifié.

Au mois de novembre, dans sa mise à jour économique, le gouvernement Legault débloquait des sommes de 50 M$ sur deux ans pour «revitaliser les centres-villes».

Articles récents du même sujet