National
05:30 31 mars 2021 | mise à jour le: 31 mars 2021 à 07:36 temps de lecture: 3 minutes

Une coalition de Premières Nations veut stopper un projet d’Hydro-Québec

Une coalition de Premières Nations veut stopper un projet d’Hydro-Québec
Photo: chuyu/123RF

Un regroupement de peuples des Premières Nations canadiennes et américaines demandent au premier ministre du Canada, Justin Trudeau, et au président des États-Unis, Joe Biden, de suspendre un projet d’Hydro-Québec tant qu’ils n’auront pas été consultés et compensés.

«Depuis des décennies, Hydro-Québec et le gouvernement du Québec ont ignoré nos requêtes maintes fois répétées de s’asseoir avec nous et de négocier» – Représentants des Premières nations du Québec et du Labrador

Le projet d’Hydro-Québec prévoit la construction d’une ligne de transmission d’environ 100 km de l’Estrie vers l’État du Maine, aux États-Unis. Le projet devrait se raccorder à la New England Clean Energy Connect (NECEC), dans le Maine, actuellement en construction. Ce projet permettrait d’approvisionner les États-Unis à partir de plusieurs centrales hydro-électriques du Québec et celle de Churchill Falls, au Labrador.

Des deux côtés de la frontière, les Premières Nations dénoncent ces deux projets. Elles demandent au premier ministre Trudeau et au président Biden «d’empêcher la société d’État québécoise de réaliser des profits de plusieurs milliards sans avoir consulté ni compensé les Premières Nations».

«La Nation Penobscot du Maine, appuyée au Labrador par la Innu Natio et au Québec par les Premières Nations de Pessamit (Innu), Wemotaci (Atikamekw), Pikogan, Kitcisakik et Lac Simon (Anishnabek), porte leur cause à la Maison-Blanche et devant le premier ministre du Canada» – Premières Nations

Les représentants rappellent que le projet de ligne de transmission n’a donné lieu à aucun processus d’approbation auprès des Premières Nations concernées, ni à la moindre compensation, pas plus qu’à de quelconques démarches de précaution ou de transparence.

Dans une lettre envoyée au premier ministre Trudeau, les chefs du Québec et du Labrador considèrent que leurs droits constitutionnels ont été violés en vertu de la Déclaration sur les droits des peuples autochtones (DDPA).

«Cela a assez duré! Nous demandons aux gouvernements canadien et américain d’intervenir en notre nom» – Coalition de Premières Nations canadiennes et américaines

Kirk Francis, chef de la Nation Penobscot, en territoire américain, craint les effets néfastes du projet NECEC. «La construction d’une ligne de transmission impliquerait un important déboisement. Cela menacerait la pérennité des populations d’omble de fontaine et d’autres espèces.»

Il s’inquiète aussi de l’intégrité de nombreux ruisseaux et cours d’eau. Il demande donc la suspension du permis présidentiel autorisant le projet NECEC et la réalisation d’une étude d’impact qui tiendrait compte des préoccupations éthiques des Premières Nations avant de procéder à la construction de la ligne.

Le grand chef de la Innu Nation et les chefs de la coalition Innu-Atikamekw-Anishnabek se questionnent aussi sur une possible ingérence politique d’Hydro-Québec en territoire américain. «Une campagne publicitaire de plus de 10 millions de dollars, orchestrée et financée par Hydro-Québec aux États-Unis, destinée à influencer les électeurs du Maine à voter pour le projet NECEC lors d’un référendum», précise le communiqué.

Articles similaires