National
10:59 15 avril 2021 | mise à jour le: 15 avril 2021 à 16:27 temps de lecture: 3 minutes

Va-et-vient sur le masque: «je fais de mon mieux», soutient Legault

Va-et-vient sur le masque: «je fais de mon mieux», soutient Legault
Photo: Josie Desmarais/MétroLe premier ministre du Québec, François Legault

Le rétropédalage au sujet du masque en extérieur n’affectera en rien le suivi des mesures sanitaires au Québec, assure le premier ministre François Legault. «Les Québécois voient que je fais de mon mieux.»

C’est ce qu’a indiqué jeudi l’élu de la Coalition avenir Québec, qui a reculé hier sur une partie des mesures sanitaires imposées en extérieur. Depuis mardi, porter le masque en dehors de son domicile était obligatoire dès qu’on se retrouvait avec une personne habitant sous un autre toit. Mercredi, le gouvernement a finalement reculé.

L’adhésion aux mesures n’en pâtira pas, a signifié le premier ministre en mêlée de presse, au lendemain de son virage à 180 degrés, annoncé sur Facebook. «Je pense que la majorité des Québécois comprennent», a-t-il maintenu.

Hier et aujourd’hui, les oppositions avaient tapé sur le clou de cette décision. «Ce que le gouvernement du Québec dit aux gens, c’est que vous avez le droit de frencher votre partenaire le soir à la maison, mais durant la journée, si vous voulez prendre une marche, il faut porter un masque à l’extérieur», avait illustré le porte-parole de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois, mercredi.

«Oui, c’est vrai», a admis M. Legault au lendemain de cette décision. D’où la décision de revenir sur ses pas.

«Je ne suis pas parfait», a lancé M. Legault jeudi. Les décisions, dit-il, ont été prises «de bonne foi».

Un coup dur pour l’adhésion?

Qu’à cela ne tienne, le rétropédalage soudain du gouvernement du Québec aura des impacts, selon la cheffe du Parti libéral, Dominique Anglade.

«La grande confusion dans les messages du gouvernement n’aide pas à susciter l’adhésion dans la population. Nous sommes à une période charnière de la crise et, si la population ne doit pas lâcher, bien, le gouvernement doit, à quelque part, se ressaisir», a-t-elle martelé.

Au Parti québécois, c’est surtout la manière d’annoncer la nouvelle qui, croit-on, fera en sorte d’effriter la confiance de la population. En point de presse, jeudi, le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon, a fortement critiqué les méthodes communicationnelles de François Legault.

«On a eu droit à une nouveauté dans la gouvernance caquiste: le décret Facebook», a-t-il lancé.

«À quoi bon rencontrer les journalistes, à quoi bon préciser, répondre aux questions, à quoi bon préciser ce qui a fait l’objet maintenant de trois volte-face en seulement une semaine lorsqu’on peut tout simplement gouverner par Facebook?», s’est-il interrogé avec ironie.

Articles similaires