National
08:51 11 mai 2021 | mise à jour le: 11 mai 2021 à 16:28 temps de lecture: 4 minutes

Une majorité de Québécois favorable au passeport vaccinal selon un sondage Léger

Une majorité de Québécois favorable au passeport vaccinal selon un sondage Léger
Photo: Josie Desmarais/MétroDes gens quittent le centre de vaccination du Palais des congrès.

Alors que certains pays commencent à implanter le passeport vaccinal, un sondage Léger publié aujourd’hui montre que 69% des Québécois interrogés approuveraient sa mise en place, soit le plus haut taux du pays.

Pour cette part de la population québécoise et 61% des Canadiens, cette mise en place par le gouvernement permettrait à des personnes vaccinées «d’assister à des événements/rassemblements publics tout en empêchant l’accès à ces événements/rassemblements aux personnes non vaccinées. »

Si la mise en place d’un tel passeport vaccinal est envisagée par le gouvernement fédéral, seule une preuve vaccinale numérique est pour le moment une réalité au Québec.

Dans le même registre, 82% des Canadiens et 87% des Québécois sont favorables à ce que les non-Canadiens qui rentrent au pays doivent fournir une preuve de vaccination. Il en va de même afin de prendre l’avion les voyages entre les provinces et hors du Canada, pour 85% des Québécois et 79% des Canadiens.

Ce taux favorable diminue lorsqu’il s’agit de devoir exiger une preuve vaccinale pour fréquenter des espaces publics tels que des bars, des restaurants ou lieux culturels, mais reste tout de même majoritaire, avec 67% de Québécois interrogés en faveur de cette mesure.

Le sondage Léger révèle notamment que si ces mesures sont largement adoptées par les Canadiens interrogés, le résultat reste plus mitigé pour les Américains interrogés avec des écarts allant de 13 à 19% concernant les demandes de preuves vaccinales pour voyager ou fréquenter des lieux publics.

Passeport vaccinal pour les spas, mais pas pour les centres commerciaux?

Cette volonté d’exiger une preuve vaccinale rencontre cependant moins de soutien lorsqu’il s’agit de fréquenter un lieu de travail. Et cela que ce soit dans le milieu de la santé et des services aux personnes âgées (51% des Canadiens et 53% des Québécois favorables) ou en dehors des services de santé (47% de Canadiens et 43% de Québécois favorables).

Le type de lieu rentre évidemment en compte. Par exemple, alors que 67% des Québécois seraient favorable à ce que les propriétaires de Spa ou de salons de massages n’autorisent que les personnes vaccinées, la part des interrogés favorables descend à 46% pour les centres commerciaux et magasins non essentiels.

Ainsi, dans l’éventualité d’une vaccination prochaine 76% des Canadiens et 80% des Québécois interrogés aimeraient, une fois vaccinés, recevoir ce passeport vaccinal gratuitement afin d’en disposer lorsque nécessaire. À noter que 9% de Canadiens et 10% de Québécois interrogés estiment qu’ils ne se feront pas vacciner. Ce taux monte jusqu’à 20% chez les Américains qui semblent réticent selon le sondage.

Malgré l’avancée de la campagne de vaccination, la suite du sondage Léger nous révèle que 78% de Canadiens et 82% de Québécois ne pensent pas que les mesures sanitaires liées à la COVID-19 devraient être levées dès maintenant. L’apport des vaccins pour une sortie de prochaine de la crise sanitaire amène néanmoins 55% des Canadiens et 68% des Québécois à être optimiste face à la prochaine année.

Trudeau met en garde les provinces

Au sujet du passeport vaccinal, le premier ministre canadien a dit en conférence de presse, mardi, être au courant que «différentes provinces sont en train de regarder ça». Et, s’il assure comprendre l’intérêt de donner «des récompenses» aux citoyens qui se feront vacciner, dans un contexte où l’objectif national est que 75% de la population soit inoculée, il fait aussi valoir qu’il ne faudrait pas «être injuste envers des gens déjà marginalisés».

«Certaines communautés, certaines cultures, sont plus réticentes à se faire vacciner», a souligné Justin Trudeau. Selon lui, les autorités doivent aussi trouver l’équilibre entre accorder des libertés aux personnes qui reçoivent le vaccin et protéger la vie privée des gens concernant leur santé.

Le premier ministre canadien s’est par ailleurs engagé à pouvoir offrir à tous les Canadiens qui le désirent une deuxième dose du vaccin contre la COVID-19 d’ici le mois de septembre. Le gouvernement du Canada achète suffisamment de doses pour atteindre cet objectif, a-t-il assuré.

Articles similaires