National

Joyce Echaquan: les Atikamekw s’attendaient «à plus d’honnêteté»

L’Atikamekw Joyce Echaquan sera-t-elle la George Floyd du Québec?
Une veillée a été organisée à l’hôpital Joliette en réaction au décès de Joyce Echaquan. Photo: Capture d’écran / Métro

La famille de Joyce Echaquan et la Nation Atikamekw disent qu’ils «s’attendaient à plus d’honnêteté» à l’issue de la première semaine des audiences sur la mort de la patiente atikamekw à l’hôpital de Joliette, en 2020.

Par voie de communiqué, le Conseil de la Nation Atikamekw dit aussi, toutefois, garder espoir.

Les membres de la famille Echaquan Dubé «font preuve d’une grande patience, d’un calme et d’une ouverture exemplaire devant des témoignages qui choquent et qui vont parfois à contre-sens de leurs expériences vécues.»

«Parfois, ce qui est plus difficile à voir et à entendre, c’est tout ce qui n’est pas dit. L’absence de prise de conscience fait mal» – Carol Dubé, conjoint de Joyce Echaquan, à sa sortie des audiences, jeudi.

«Nous croyons que les choses peuvent changer, mais il faut d’abord la vérité. C’est pourquoi nous avons parlé de choses difficiles avec ouverture, maintenant nous remarquons, comme la Coroner l’a mentionné plusieurs fois cette semaine, que l’honnêteté n’est pas toujours au rendez-vous», déplore le Conseil de la Nation Atikamekw.

L’infirmière qui a insulté Joyce Echaquan s’excuse

Jeudi, l’infirmière qu’on entend injurier Joyce Echaquan dans la vidéo enregistrée quelques instants avant sa mort s’est excusée à la famille de la victime et à «ses confrères de travail» lors de son témoignage à l’enquête publique visant à élucider les causes et les circonstances entourant la tragédie.

Dans la vidéo, l’infirmière lance que Mme Echaquan est «mieux mort[e]» et qu’elle est «bien meilleure pour fourrer que d’autres choses», «surtout que c’est nous autres qui paie pour ça» alors que la patiente vient de chuter de sa civière.

La femme de 54 ans soutient ne jamais avoir parlé à un patient comme elle l’a fait avec Joyce Echaquan. Mais, ce jour-là, elle était tellement «fatiguée» et «débordée» qu’elle a été «super méchante», a-t-elle dit. 

Cette explication n’a pas plu à la coroner Géhane Kamel qui préside l’enquête publique. «Je suis en plein scénario surréaliste, a-t-elle lancé à la témoin. […] Ce que je ne tolère pas, c’est qu’on me sorte le fait que les gens soient débordés alors qu’il y a une situation critique qui se passe devant [eux].»

La veille, à la barre des témoins, l’autre employée qu’on entend dans la vidéo a pour sa part dit avoir voulu «motiver» Joyce Echaquan par ses propos entendus dans la vidéo. Selon elle, ses paroles étaient même «bienveillantes». 

Articles récents du même sujet