National
15:49 10 juin 2021 | mise à jour le: 10 juin 2021 à 17:07 temps de lecture: 2 minutes

Chirurgies: retour au niveau pré-pandémie en 2023

Chirurgies: retour au niveau pré-pandémie en 2023
Photo: Josie Desmarais/Journal MétroLe ministre de la santé et des services sociaux, Christian Dubé.

Il faudra attendre jusqu’en mars 2023 pour voir le nombre de chirurgies en attente revenir au même niveau qu’avant la pandémie. C’est ce qu’a annoncé le ministre de la Santé Christian Dubé en conférence de presse, jeudi.

Présentement, 146 000 personnes attendent d’une opération au Québec. Du nombre, le tiers se trouvent sur des listes d’attente depuis six mois ou plus. Cette liste risque d’allonger au cours des prochains mois, puisque plusieurs consultations ont été reportées.

«Les gens ne sont pas allés voir les spécialistes pendant la pandémie. Il y a cette liste invisible qui peut créer des chirurgies supplémentaires. Il faut en être conscient et demeurer réalistes», a convenu le ministre de la Santé, Christian Dubé.

Concrètement, l’objectif du ministère de la Santé est qu’en mars 2023, la liste d’attente compte un maximum de 100 000 personnes. On en retrouvait 125 000 avant la pandémie. Une diminution «importante» du nombre de chirurgies en attente devrait être constatée dès 2022.

D’ici la fin de l’année, le but du ministère de la Santé est de «stabiliser» le nombre de chirurgies en attente, et de limiter de délestage, qui est approximativement de 11%. «Tout le monde est d’accord que notre personnel de santé doit se reposer cet été. De travailler autrement ne serait pas respectueux», considère M. Dubé.

La hausse du nombre de chirurgies en attente a été constatée surtout pendant la première vague de la pandémie. À ce moment, près de la moitié des opérations étaient reportées. Un comité de priorisation chirurgicale a été formé afin que les opérations urgentes puissent être effectuées rapidement.

En comparaison à la période pré-pandémie, le nombre de chirurgies effectuées est de 90%. Pour combler les retards, 25 ententes ont été conclues avec des cliniques médicales privées. Celles-ci sont encore valables pour les deux prochaines années.

Articles similaires