National

CHSLD: «Manque d’enthousiasme» du comité censé protéger les aînés

Photo: 123RF

Le comité désigné par Québec pour coordonner la lutte contre la COVID-19 dans les CHSLD n’a pas été utile pour protéger les aînés lors de la première vague de la pandémie, selon le président de l’Association des médecins gériatres du Québec (AMGQ), Dr Serge Brazeau. Le médecin affirme avoir eu du mal à se faire entendre au sein du groupe et auprès du Ministère. 

C’est ce que le Dr Serge Brazeau a déclaré mardi après-midi devant la coroner en charge de l’enquête publique sur la gestion de la pandémie dans les CHSLD, Me Géhane Kamel.

Le Dr Brazeau a déploré «le manque d’enthousiasme» de certains membres du comité, créé le 13 avril 2020 dans le but de protéger les aînés au plus fort de la crise dans les CHSLD. «Alors qu’il y avait une urgence d’agir, je trouvais qu’il y avait beaucoup de lenteur dans nos travaux et beaucoup de volonté de rectitude», a-t-il précisé.

Par exemple, Dr Brazeau soutient avoir recommandé d’accélérer le retour des proches aidants dans les CHSLD. Le témoin a aussi souligné la difficulté qu’il a eu à parler de certains sujets au sein du groupe d’experts comme la carence des soins, le manque de main-d’oeuvre ou les ratios de personnel en CHSLD. 

«On parlait beaucoup des bonnes pratiques usuelles en gériatrie, comme les troubles de comportement venant de la démence, mais je trouvais qu’on ne faisait pas assez état de l’urgence dans laquelle on était et des risques de contagion», a-t-il expliqué.

Le Dr Brazeau fait ici référence à l’errance des patients, un comportement qui peut mener à des éclosions. «C’était très difficile pour certains membres du comité de changer les paradigmes», a-t-il mentionné.

Sentiment d’inutilité

Si M. Brazeau dit avoir fait plusieurs recommandations auprès du Ministère, il déplore le manque d’actions concrètes mises en œuvre. «J’avais le sentiment d’être très loin des gens qui dirigeaient. Je me suis demandé à quoi servaient tous ces écrits-là», a-t-il indiqué.

Le témoin a indiqué ne pas s’être senti utile en tant que membre du groupe d’experts.

Dr Brazeau indique même avoir écrit des avis séparés signés uniquement par lui et le gériatre Dr Quoc Dinh Nguyen, qui présidait le comité. «On a écrit beaucoup de choses, mais on entendait très peu parler de la réception. Ça me faisait penser à une bouteille à la mer», a-t-il fait valoir.

De plus, Dr Serge Brazeau a mentionné qu’il lui était interdit de parler aux médias et qu’il avait eu à signer un engagement de confidentialité. «Ça m’a surpris parce que ce n’était pas le cas pour d’autres cellules de crise qui tentaient d’aider le Ministère», a-t-il dit.

En plus des Drs Brazeau et Nguyen, le comité était aussi composé du gériatre à l’Institut de gériatrie de Montréal, Dr David Lussier, de la cheffe du Département de médecine générale à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, Dre Patricia Ayoub, de l’infirmière et conseillère experte en soins gériatriques Karine Labarre, du médecin spécialiste en santé publique et expert en gestion de crise, Dr Pierre Duplessis, ainsi que la représentante des médecins omnipraticiens qui œuvre auprès des aînés, Dre Danielle Daoust.

Le comité d’expert a cessé ses fonctions le 9 juillet 2020.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet