National

Québec solidaire persiste à propos du gel des loyers

Manon Massé_QS_Poly
Manon Massé, co-porte-parole de Québec solidaire. Photo: Josie Desmarais / Métro

Afin de permettre aux Québécois de faire face au coût de la vie, Québec solidaire (QS) réclame un gel du coût des loyers. Les porte-paroles de QS évoquent le fait que les propriétaires ont eu une baisse de leur compte de taxes, alors que les locataires ont eu des augmentations de loyer record à cause des différentes mesures proposées par la Coalition avenir Québec (CAQ).

Le parti politique souligne que l’Ontario a gelé les loyers pour l’année 2021.

«Avec la hausse caquiste des tarifs d’Hydro, la montée fulgurante du coût des loyers et la facture d’épicerie qui ne cesse d’augmenter, de plus en plus de personnes sont prises à la gorge et doivent faire des choix déchirants pour arriver à la fin du mois», affirme Manon Massé.

Je suis profondément inquiète de l’aveuglement de la CAQ face aux conséquences de la crise du coût de la vie sur la population.

Manon Massé, porte-parole de Québec solidaire

Les locataires au bout du rouleau

Ce n’est pas la première fois que le gouvernement est sollicité sur la question des loyers.

Déjà, en novembre dernier, QS avait déposé le projet de loi 390 à l’Assemblée nationale, proposant un gel des loyers à partir du 1er juin 2022 pour «freiner l’explosion déraisonnable des prix des logements».

La semaine dernière, le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) et le Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec (RCLALQ) ont demandé qu’un contrôle obligatoire et universel des loyers soit mis en place et que les taux pour le calcul du loyer du Tribunal administratif du logement (TAL) deviennent obligatoires.

Rappelons que lors de sa campagne électorale, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, s’était engagée à mettre en place une certification pour les propriétaires montréalais, qui comprendrait un registre des loyers.

Des mesures supplémentaires

Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois proposent deux autres mesures pour contrer les impacts de la hausse du coût de la vie.

Il s’agit, d’une part, de l’annulation de la hausse des tarifs d’Hydro-Québec, qui permettrait de réduire chaque mois la colonne des dépenses des Québécois, et d’autre part, de la hausse du salaire minimum à 18$ l’heure afin de permettre aux familles d’augmenter leur pouvoir d’achat.

La CAQ avait promis d’être le gouvernement des familles, aujourd’hui, beaucoup de celles-ci vivent plus de pression que jamais.

Gabriel Nadeau-Dubois

«Le portefeuille se vide et les banques alimentaires sont pleines. La crise du coût de la vie, ça prive les gens de temps avec leurs proches, ça prive les gens de leurs loisirs et des moments qui leur permettent de souffler un peu», estime Gabriel Nadeau-Dubois.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet