Soutenez

L’accès à une nouvelle dose de vaccin ouvert aux 18 ans et plus

Le directeur national de santé publique, Luc Boileau. Photo: Josie Desmarais/Métro

L’accès à une nouvelle dose de vaccin est maintenant ouvert aux 18 ans et plus. Initialement prévue pour le 29 août, l’ouverture de la vaccination à toute la population adulte a été devancée par la direction nationale de la santé publique. C’est son directeur, le Dr Luc Boileau, qui l’a annoncé ce mercredi dans un point de presse sur la pandémie.

Un nouveau vaccin bivalent, adapté au variant Omicron et à ses sous-variants, devrait être disponible dans deux semaines.

On n’écoulera pas les stocks du vaccin actuel, nous passerons directement au vaccin bivalent.

Dr Luc Boileau, directeur national de santé publique

«Nous n’avons pas de suggestion autre que les mesures de promotion du vaccin», a-t-il indiqué, en rappelant les gestes de base contre la propagation du virus: distanciation et lavage des mains.

Présente au point de presse, la présidente du Comité sur l’immunisation du Québec (CIQ), la Dre Caroline Quach-Thanh, a précisé que les groupes prioritaires pour les doses de rappel étaient les mêmes. «Ce que nous ciblons, sur les avis du Comité d’immunisation, ce sont les personnes âgées et les personnes à risque», confirme le Dr Boileau.

En outre, la conseillère stratégique sénior de la Santé publique, Dre Marie-France Raynault, «n’attend pas de catastrophe».

Le masque toujours pas obligatoire

En entrevue avec Métro, le fondateur de l’initiative Covid Écoles Québec, Olivier Drouin, confiait ne pas croire «que les écoles sont prêtes à une éventuelle vague».

Dans le cadre de cette rentrée scolaire, «nous croyons que toutes les mesures sont [déjà] sur la table» et qu’«elles seront suffisantes pour s’assurer de la maîtrise de la situation», mentionne le Dr Luc Boileau.

La rentrée est une période charnière: il y a plus de contacts, les gens sont plus à l’intérieur. Il y a certainement moins d’infections, mais le virus circule toujours. On voulait insister que plusieurs mesures sont en place dans le contexte de retour aux activités quotidiennes.

Dr Luc Boileau, directeur national de santé publique

Le port du masque n’est pas nécessaire dans les écoles, selon le directeur de santé publique. «Il présente des avantages mais aussi des inconvénients sur l’apprentissage des enfants.»

«Les enfants et le personnel sont dans un milieu fermé plusieurs heures par jour sans ventilation adéquate… C’est la recette parfaite pour favoriser la transmission de virus», estime M. Drouin. La Dre Caroline Quach-Thanh a justement encouragé les établissements scolaires à mettre en place des activités en plein air «quand c’est possible».

Dans les établissements scolaires, chaque élève recevra deux boîtes de tests.

Les hospitalisations liées à la COVID-19 en baisse

En date du 23 août, la santé publique rapportait 29 nouveaux décès liés à la COVID-19. Quant aux hospitalisations, elles étaient en baisse à travers la province. Dans le détail, on enregistrait hier 1959 hospitalisations, dont 665 en raison de la COVID-19. Il s’agit d’une diminution de 40 par rapport à la veille.

On a changé notre fusil d’épaule: on va gérer ce virus-là comme n’importe quel autre virus respiratoire. On n’est pas aux prises avec des infections graves.

Dre Caroline Quach-Thanh, pédiatre microbiologiste-infectiologue et épidémiologiste, présidente du Comité sur l’immunisation du Québec

«Quand on prend en compte l’immunité existante chez les enfants, on ne s’attend pas à ce qu’il y ait des infections sévères et des complications», a-t-elle souligné. Elle a de plus indiqué que 50 ou 60% des enfants auraient été infectés à Omicron.

Dans le réseau, on recensait, toujours en date du 23 août, 3877 travailleurs de la santé absents pour des raisons liées à la COVID-19, des absences qui contribuent à la surcharge de patients qu’affrontent les services d’urgences.

Enfin, 951 nouveaux cas de COVID-19 ont été enregistrés à travers la province, d’après le bilan gouvernemental du 23 août. Il est à noter que le nombre de cas répertoriés n’est pas représentatif de la situation actuelle. L’accès aux centres de dépistage est en effet réservé aux clientèles prioritaires.

L’accès à une dose de rappel est ouvert depuis lundi aux 60 ans et plus. Avec l’annonce d’aujourd’hui, c’est désormais toute la population adulte qui peut obtenir une dose de rappel.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.