National

Vers une réduction des calories provenant des boissons sucrées

Vers une réduction des calories provenant des boissons sucrées

Les membres de l’Association canadienne des boissons (ACB) entendent travailler à réduire le nombre de calories contenues dans les boissons sucrées que consomment les Canadiens.

L’Association, qui regroupe notamment Coca-Cola Canada, Pepsi, Red Bull et Rockstar, l’a confirmé dans une lettre adressée au conseiller de Snowdon, Marvin Rotrand, dont Métro a obtenu copie.

Le regroupement d’entreprises entend adapter une initiative de l’American Beverage Association qui s’est donnée pour but, en septembre dernier, de réduire de 20% le nombre de calories qu’ingère l’Américain moyen en buvant des boissons sucrées d’ici 2025. Les élus montréalais avaient d’ailleurs salué cette initiative au cours d’un conseil municipal en décembre dernier.

Pour ce faire, les entreprises de l’American Beverage Association comptent mettre en marché, par exemple, de plus petites bouteilles et davantage de boissons réduites en sucre, tout en faisant la promotion de l’eau et d’autres boissons saines.

[bignumber number= »50% »]Coca-Cola a lancé récemment, aux États-Unis, une nouvelle marque de lait, Fairlife. Bien qu’il coûte deux fois plus cher qu’un lait traditionnel, ce lait contiendrait 50% plus de protéines et 50% moins de sucre que les marques régulières de lait, selon Coca-Cola.[/bignumber]

L’ACB, quant à elle, ne se donne pas encore d’objectif chiffré ni d’échéancier précis, mais salue l’exemple de ses homologues américains. «L’ACB […] cherche actuellement une manière appropriée d’adapter cette initiative au marché canadien», a confirmé à Métro son président Jim Goetz, par courriel. Il indique qu’ils sont en train de préparer une annonce qui donnera des détails sur leurs intentions.

Le conseiller Marvin Rotrand, qui souhaite depuis longtemps lutter contre l’impact sur la santé des boissons sucrées notamment par l’établissement d’une taxe sur ces boissons, estime qu’il s’agit d’un pas dans la bonne direction. «Dans la perception populaire, les gens commencent à redéfinir la façon dont ils voient les boissons sucrées, comme ils ont fait il y a deux générations avec le tabac. L’industrie cherche donc une façon d’assurer son avenir», dit l’élu pour expliquer ces décisions des regroupements d’entreprises de boissons.

Métro a également consulté la réponse de Coca-Cola Canada, qui confirme à M. Rotrand qu’elle souhaite aussi travailler avec l’ACB pour «atteindre un but similaire [à celui de l’association américaine]».

M. Rotrand affirme avoir eu plusieurs communications avec les gens de Coca-Cola Canada dans le dernier mois. «Ils semblent très sérieux», assure-t-il.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *