Politique

Léger gain du NPD au Canada, statu quo au Québec

Le chef du Parti néodémocrate du Canada, Jagmeet Singh, tient un point de presse après le débat télévisé de TVA-LCN. / Josie Desmarais/Métro Photo: Josie Desmarais

Le Nouveau parti démocratique (NPD) réalise un léger gain pour les élections fédérales au Canada s’adjugeant 25 sièges à travers le pays. Le chef du parti, Jagmeet Singh, a rappelé, dans son discours de fin de soirée, son engagement à «se battre pour les Canadiens afin de bâtir une meilleure société». Au Québec, c’est le statu quo puisque seul le député sortant Alexandre Boulerice est réélu.

Sans surprise, le chef du NPD, Jagmeet Singh, est réélu dans sa circonscription de Burnaby Sud, grâce à une avance de plus de 2 000 voix sur son concurrent libéral, Brea Huang Sami. En fin de soirée, il s’est adressé directement aux Québécois dans une partie de son discours.

«Peu importe le nombre de députés, on va se battre pour vous. Nous allons tout faire pour s’attaquer aux changements climatiques et à la crise du logement. Nous allons nous battre pour de meilleurs soins de santé, couvrir les médicaments, les soins dentaires et sortir le privé de la santé. Nous allons nous assurer que les ultrariches paient leur juste part. Si on ose ensemble, on va bâtir une meilleure société»

Jagmeet Singh, chef du NPD

Ls NPD s’adjuge un seul siège de plus sur le territoire canadien pour un total de 25 sièges. Il augmente aussi légèrement sa part du vote populaire avec un pourcentage avoisinant les 18%, contre 16% en 2019.

Le troisième parti en importance en terme de voix au Canada obtient ainsi la balance du pouvoir pour le gouvernement minoritaire de Justin Trudeau.

Sur l’ensemble du pays, le NPD avait perdu 20 sièges en 2019 par rapport aux élections fédérales de 2015, pour finalement se retrouver avec 24 députés à la Chambre des communes.

Statu quo pour le NPD au Québec

L’homme fort du Nouveau parti démocratique (NPD) au Québec, Alexandre Boulerice, confirme sa position dans Rosemont-La-Petite-Patrie et s’adjuge la confiance des citoyens du secteur pour un 4e mandat.

Au moment d’écrire ces lignes, il avant plus de 13 000 voix d’avance sur la candidate libérale, Nancy Drolet.

M. Boulerice s’est engagé à continuer les luttes du NPD, défendre les valeurs progressistes et espère un jour placer un gouvernement NPD. «À chaque élection, quand on grandit, quand on est en croissance on se rapproche de notre objectif de créer un gouvernement du NPD», a-t-il dit.

Alexandre Boulerice, député de Rosemont-La-Petite-Patrie pour une 4e fois/ Pascal Gaxet

Par contre, la circonscription de Berthier-Maskinongé, au Québec, qui représentait un gain potentiel durant toute la soirée a finalement basculé durant la nuit du côté bloquiste. La candidate Ruth Ellen Brosseau a mené, mais le bloquiste Yves Perron a raflé la mise en début de nuit. En effet, à l’heure d’écrire ces lignes, le Bloc disposait de près de mille voix d’avance.

Au Québec, l’autre zone indécise concernait la circonscription de Laurier-Sainte-Marie, à Montréal, qui était sous la gouverne néo-démocrate de 2011 à 2019 avec la députée Hélène Laverdière. En 2019, Steven Guilbeault avait remporté la circonscription avec 41,76% des voix. En 2021, la lutte a été plus serrée puisque la différence entre M. Guilbeault et la néo-démocrate Nimâ Machouf se compte à moins 10 points de pourcentage, représentant deux milliers de voix.

Articles récents du même sujet