Politique

Pas le bon moment pour une réforme «mammouth» de la santé, dit QS

C'est bien Vincent Marissal.
Vincent Marissal, député de Québec solidaire. Photo: Josie Desmarais/Métro

Québec solidaire (QS) ne voit pas d’un très bon œil l’intention du gouvernement de proposer un projet de loi «mammouth» réformant la santé, à l’automne. Le député de Rosemont et responsable pour Québec solidaire en matière de Santé, Vincent Marissal, pense que «ce n’est pas le temps de faire une autre réforme à la Gaétan Barrette».

Réunis en congrès à Québec, samedi dernier, dans le cadre d’une prise de parole destinée aux jeunes de la relève caquiste, le ministre de la Santé et des services sociaux, Christian Dubé, envisageait la présentation d’un projet de loi «mammouth» en santé cet automne.

Même si les détails ne sont pas dévoilés, le ministre veut apporter du changement et s’appuyer sur les enseignements de la pandémie. «On a vu, avec la pandémie, qu’on pouvait travailler avec la télémédecine, qu’on pouvait travailler avec des choses qui, avant, étaient complètement farfelues», a-t-il dit selon des paroles rapportées par La Presse. Des modifications pourraient être apportées dans d’autres domaines comme les conditions salariales, une diminution du recours aux agences privées ou du temps supplémentaire obligatoire.

Québec solidaire, par l’entremise de son député responsable de la santé, Vincent Marissal, considère que le moment n’est pas de «rebrasser» les structures mais plutôt de prendre soin du personnel soignant. «C’est le temps de ramener les soignantes et les soignantes dans notre réseau de la santé», dit-il.

Il faut en finir avec le recours systématique au temps supplémentaire obligatoire (TSO) et sevrer notre système de santé des agences de placement une fois pour toutes. Ce que les soignantes attendent du gouvernement de la CAQ, c’est qu’il prenne soin d’elles et de leur santé, pas qu’il rebrasse les structures pour une énième fois 

Vincent Marissal, député de Rosemont et responsable pour Québec solidaire en matière de Santé

Plus tôt dans la journée, QS a déposé une motion pour abolir le temps supplémentaire obligatoire. Cette motion a été refusée par le gouvernement caquiste.

Le réseau de la santé fait actuellement face à une pénurie de personnel et notamment d’infirmières. Il en manquerait plus de 4000 au Québec dont la moitié dans la région de Montréal. Le gouvernement étudie actuellement des incitatifs à mettre en place pour ramener dans le réseau des infirmières qualifiées.

Articles récents du même sujet