Politique

Pénurie: du personnel administratif pour dégager les infirmières

infirmières permis
Du personnel soignant Photo: Archives iStock

Deux programmes de formation en accéléré seront mis sur pied par Québec pour ajouter 2000 infirmières auxiliaires et du personnel administratif (3000 postes) au réseau de la santé. Le gouvernement souhaite ainsi alléger la pénurie d’infirmières en leur retirant certaines tâches.

Ceux qui choisiront d’intégrer ces programmes mettront la main sur des bourses d’études alléchantes.

À la demande des syndicats d’infirmières, Québec concrétise la création du rôle d’agents administratifs. Ceux-ci auront pour rôle de réduire la charge de travail en bureau des infirmières. Ces «agents administratifs en soutien aux secteurs cliniques» suivront une formation de 240 heures qui mène à l’obtention d’une attestation professionnelle.

«On a vraiment écouté les infirmières, qui passaient trop de temps à des tâches administratives pour la formation qu’elles ont. On peut déléguer beaucoup de tâches administratives à des gens qui ont la formation et l’intérêt de le faire», explique M. Dubé.

Les individus qui choisiront cette vocation toucheront des bourses de 4000 $, pour lesquelles le gouvernement investit un total de 14 M$. La nouvelle formation débutera par un projet-pilote, lancé en Gaspésie vers la mi-décembre. Les agents embauchés pourront commencer leur travail lors de l’été prochain. Ils seront déployés dans les hôpitaux, les CHSLD, les unités de soutien à domicile et dans des équipes de soutien en santé mentale.

Plus d’infirmières auxiliaires

Quant aux 2000 futures infirmières auxiliaires, elles toucheront 20 000 $ en bourses, ce qui coûtera 48 M$ à l’État. Pour conserver cette bourse, elles devront s’engager à travailler pendant un minimum de deux ans. La durée de la formation qui leur sera donnée, de 1800 heures, demeure intacte. La formation, qui mène à l’obtention d’un diplôme d’études professionnelles, sera toutefois étalée sur 14 mois plutôt que 22.

«Le changement de culture qu’on a besoin de faire en santé, c’est un des plus gros cailloux. Pour être capable de changer, on a besoin de main-d’œuvre, de plus de monde, pour avoir un environnement de travail qui est meilleur pour tous ceux qui sont là», a justifié le ministre de la Santé Christian Dubé, mercredi.

Si tout se déroule comme prévu, les infirmières auxiliaires embauchées commenceront à travailler en mars 2023.

Dans le cadre de sa mise à jour économique, Québec avait fait part de son désir de créer 170 000 postes dans des secteurs clefs, dont la santé. Près de quatre milliards de dollars seront investis dans les cinq prochaines années, notamment pour financer des bourses destinées aux étudiants inscrits dans des programmes liés à certains secteurs connaissant des pénuries importantes de main-d’œuvre.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet